Archives par étiquette : sexisme

“Vieille et vieux, les mots qui tuent. Désignations décatégorisantes et désignations situées.”

Résumé conférence de Catherine Ruchon – Séminaire de Marie-Anne Paveau : Théories du discours. Intersectionnalité et analyse du discours – 11 décembre 2020

Résumé de la conférence

Dans la perspective intersectionnelle du séminaire de Marie-Anne Paveau, “Théories du discours. Intersectionnalité et analyse du discours”, la conférence aborde le thème de la vieillesse au prisme des concepts d’âgisme, de jeunisme, de validisme. Il s’agit de réfléchir à une politique de nomination des personnes âgées, entre hétérodésignations (désignations données par autrui) et désignations situées (choisies / approuvées par les concerné.e.s). Il était indispensable en préalable de circonscrire le champ des représentations associées à la vieillesse, qui en France (mais aussi dans d’autres pays et d’autres cultures) se situent entre deux pôles, la vieillesse déchéance et la vieillesse sagesse,. Autrement dit entre une non valorisation des acquis de l’âge, voire une focalisation sur les manques qui lui sont associés (en lien avec des stéréotypes validistes) versus leur survalorisation (assignation des personnes âgées à la place de “sages”). Comment développer une relation saine avec le temps ? peut-être en modifiant nos représentations sur l’âge, en inversant les idéologies dominantes et oppressives, ce qui passe en partie par les différents modes de désignation de la vieillesse. À partir des années 1940, les politiques publiques ont joué un rôle conséquent sur ces représentations. Elles ont aussi favorisé l’expansion de certaines désignations, comme les personnes âgées ou le troisième âge dans les années 1960, à la suite du rapport Laroque (1962). L’étude des textes administratifs et législatifs relatifs aux personnes âgées et à la la discrimination liée à l’âge a permis de définir une liste chronologique des désignations des personnes âgées, depuis vieillard à personnes dépendantes. L’analyse discursive montre que même une dénomination neutre peut en contexte être discriminante (en particulier par des formes d’infantilisation). Ce type de préjugé relatif à l’âge a été défini par le gérontologue Robert Butler en 1969 sous le terme d’âgisme. Aux différentes formes d’âgisme comme l’adultisme ou le jeunisme, on ajoutera celle du vieillisme, terme encore très peu usité et qui permet de se focaliser sur les comportements discriminants à l’égard des personnes âgées. Indissociable de l’idée de la mort, la vieillesse est un sujet sensible qui concerne chaque individu et l’âgisme, intentionnel ou non, apparaît comme une réaction à l’angoisse qu’elle suscite (Butler 1969, Depaola, Griffin, & Young 2003). Le vieillisme est donc, à la suite des autres -isme (sexisme, validisme, etc.), le concept permettant de regrouper l’ensemble des comportements discriminants envers les personnes âgées, qu’ils soient intentionnels (instrumentalisation de l’image des personnes âgées dans les discours médiatiques ou économiques autour de la silver économie par exemple) ou non intentionnels (au travers notamment de la mise en image de la vieillesse dans le discours publicitaire ou la signalétique urbaine). L’âgisme est d’autant plus invisibilisé en discours qu’il s’associe souvent à une visée bienveillante (donner des réductions, prendre en compte le bien-être des personnes). La question de l’âge croise celles du sexe et du genre. En effet, les femmes âgées sont encore plus opprimées que les hommes puisqu’elles sont assignées à une place conditionnée à la reproduction et à la séduction, valeurs elle-mêmes indissociable de la question du vieillissement. La vieillesse féminine est donc particulièrement déconsidérée sur le plan social. S’y ajoute le fait que la femme, à âge égal, est perçue comme plus âgée que l’homme. C’est ce que Susan Sontag (1972) nomme la double norme du vieillissement. L’analyse a ainsi permis de poser les fondements d’un cadre théorique et méthodologique pour une politique de nomination de la vieillesse qui s’appuie sur les théories relatives aux savoirs situés dans une perspective ethnographique, à l’empowerment et à la linguistique populaire. Cette conférence ouvre une réflexion sur les discriminations linguistiques âgistes, très peu étudiées en France, et inaugure une étude discursive et ethnographique sur une politique de nomination évitant la reconduction des stéréotypes et contournant l’écueil de la destitution interprétative (Paveau 2016). Dans cette perspective, la problématique de l’hétérodésignation a été reconsidérée sous l’éclairage de nouveaux concepts tels que la désignation décatégorisante, la désignation zéro, le zèle discursif et l’orthodiscursivité. Cette réflexion s’inscrit dans un débat plus large sur le système oppressif des catégories descriptives du monde social et leur remise en question, débat sur lequel une analyse du discours intersectionnelle peut apporter une réponse concrète et nuancée.

Cite this article as: Ruchon catherine, "“Vieille et vieux, les mots qui tuent. Désignations décatégorisantes et désignations situées.” ", L'écume du discours , 18/12/2020, https://ecumedudit.hypotheses.org/2434.

Crédit : Contrepoints, https://www.contrepoints.org/2012/01/21/65795-les-vieux-ont-le-dos-large