[Ecole doctorale d’été] EthicHum Penser l’Ethique avec les Humanités 19-20-21 juin 2019 Site Saint-Charles

Compte-rendu de l’atelier 4 animé par Yosra Ghliss et Catherine Ruchon : D’un corpus sensible multimodal à une linguistique du care ?

L’atelier a porté sur l’analyse d’un corpus multimodal à caractère sensible sur le deuil de l’enfant, constitué de trois bioramas numériques (Ruchon 2018), désignation regroupant les documents biographiques iconiques à image statique (diaporamas) ou mobile (vidéos-témoignage et récits hybrides mélangeant diapositives et vidéo). 

L’analyse des récits de vie (Bertaux 1997), ou récits de soi, s’est développée dans les sciences sociales, s’ouvrant à de nouvelles perspectives sortant du champ de l’analyse de contenu. Le numéro de Semen, “Le récit de soi entre conformisme et émancipation” (2016) présente les « récits de soi » en tant qu’objet d’étude interdisciplinaire et par le prisme de l’analyse du discours. Le récit de soi s’entend désormais comme une ”reconstruction discursive du monde” (Guilhaumou 2004), il permet par une redistribution émotionnelle des événements de faire face au deuil et d’opérer une reconstruction identitaire (réparation, maintien de l’identité de parent/mère en dépit de la mort de l’enfant). Il ne s’agit donc pas d’une retranscription fidèle de « faits » mais de la mise en récit d’une douleur et d’une « re-qualification de la réalité sociale » (Nossik 2014). Dans ces “récits de vie numériques” (Ruchon 2018), la réalité est reconfigurée par un contexte social et par la douleur de l’individu. Certes, cette reconstruction discursive des événements douloureux n’est pas spécifique au témoignage vidéo, on la retrouve dans d’autres types de corpus, ouvrages papier, ouvrages numériques, mais la narration multimodale de ces récits écraniques favorise l’intercompréhension et garantit la réalité intersubjective de ce qui est dit (Ferry 1991). L’interaction est renforcée par le dispositif audiovisuel (adresse directe par le regard et le geste, le pleur…) et par la valeur performative de ces récits-témoignages.

La spécificité des bioramas est de raconter un événement autobiographique sous une forme audio-visuelle (-orama signifiant « vision », « spectacle »). Chacun a aujourd’hui le pouvoir de faire récit de lui-même, des événements les plus heureux ou les plus douloureux (Delory-Monberger 2009). Les internautes racontent aux autres internautes une expérience de vie douloureuse, la mort d’un enfant ou d’un animal, la fin de vie d’un proche, le mariage d’une personne se sachant condamnée. À ces témoignages audio-visuels mais aussi scripturaux (par l’inclusion d’énoncés en plan fixe évoquant les « cartons de texte » des films muets) répondent des commentaires scripturaux de la part des autres internautes. Ces dispositifs technodiscursifs permettent de questionner les relations entre les différents régimes d’expression et la place du scriptural dans cette communication multimodale. Cette typologie de récits doit être mise en parallèle avec son contexte d’apparition. La diversité de supports et cette abondance autobiographique traduit une mutation sociétale : les conditions technosociales ont favorisé l’expression de soi avec une libéralisation de la parole particulière dans les médias (depuis les premières émissions de téléréalité comme Loft Story) et avec la multiplication de forums et de blogs. La médiation influe sur le discours et amène de nouveaux genres de discours, comme le démontre Dominique Maingueneau en prenant pour exemple l’introduction du microphone dans les églises dans les années 60 et des écrans géants dans les meetings (Maingueneau, dans Dal Bo et al. 2018). Qu’il s’agisse de radio ou de vidéo numérique, le medium n’est pas simple support, il afforde des modes de narration particuliers. Ces nouveaux récits de vie contribuent à l’identité narrative (Ricœur 1990).

Le visionnage de vidéos de deuil lors de l’atelier a permis de contextualiser la notion de corpus sensible (Paveau et Perea 2015) en portant l’attention sur la relation texte-image-son, sur les marques de l’émotion telles que représentées par les corps parlant via la médiation audiovisuelle (proxémiques, mimo-gestuelles, grapho-lexicales, etc.), et sur les caractéristiques de cette interaction médiée avec les autres internautes-endeuillé·e·s. L’analyse de ces récits de vie s’est articulé autour de plusieurs catégories, notamment :

  • la vulnérabilité : définie par Axelle Brodiez-Dolino (2015, 2016), la vulnérabilité est “une catégorie analytique à part entière” qui remplace depuis les années 2000 en sociologie celui d’exclusion, plus controversé. La vulnérabilité est cette « potentialité à être blessé » (Soulet 2005 : 25), c’est une notion universelle relationnelle et contextuelle (nous ne sommes vulnérables que dans un contexte donné) et réversible (sur laquelle on peut donc agir) (Soulet 2014). La notion de vulnérabilité est centrale dans les travaux sur le care. Les parents endeuillés sont vulnérabilisés par la perte de leur enfant ainsi que de celle de leur identité de parent.
  • le care ou le  souci des autres : cette notion a été travaillée au début des années 1980 par la psychologue et philosophe féministe Carol Gilligan, puis reprise en 1992 par Joan Tronto, philosophe américaine dont les travaux ont à son tour inspiré ceux de la psychologue Pascale Molinier (2008) dans son étude des travailleuses du care dans une maison de retraite de région parisienne. Selon elle, le travail du care englobe des pratiques matérielles (passer le balai, laver les chaussettes) et d’autres plus «émotionnelles » (entrer en empathie afin d’adopter le comportement adéquat et adapté au sujet concerné). L’analyse des discours de parents endeuillés porte à la fois sur les marques de care que les parents dolents manifestent à l’égard de leurs enfants décédés afin d’agir sur leur douleur et sur la prise en compte de cette douleur par les chercheur·e·s.
  • l’émotion : le visionnage des vidéos-témoignage amène les participant·e·s à une certaine introspection via l’observation des marques de l’émotion (marques grapho-lexicales, proxémiques (position de l’internaute face à la caméra), mimo-gestuelles (expressivité visuelle et auditive du soupir, du geste, du regard), physico-chimiques (larmes), support émotionnel et analogique de la voix et du rythme, etc). L’attention est portée sur la distinction entre les marques exprimées et le ressenti (selon les catégories d’émotion éprouvée/exprimée, dénotée/connotée de Kerbrat-Orecchioni 2000), et entre les différents modes de sémiotisation selon Micheli 2014 (l’émotion dite, l’émotion montrée, l’émotion étayée). Le·la chercheur·e qui travaille sur des corpus sensible doit être le premier objet de sa recherche (Barus-Michel 1986, Costantini 2009 : 102). L’accès aux émotions d’autrui passe en effet par notre expérienciation : « Notre accès aux émotions des autres ne dépend pas d’une représentation conceptuelle de celles-ci, mais de l’expérienciation, plus ou moins directe, plus ou moins composée, etc., que l’on peut en faire. » (Auchlin 2000 : 198).
  • l’empathie : c’est la capacité à se mettre à la place de l’autre et à adopter son point de vue (sans toutefois s’identifier à l’autre, ce qui relèverait de la sympathie). Une parole incarnée (par la médiation audiovisuelle numérique) permet plus facilement aux destinataires (ratifiés ou non) d’adopter le point de vue des parents-énonciateurs et éventuellement de s’identifier à eux. La prise en compte de la corporéité dans l’énonciation amène à prendre en considération l’empathisation. Le corps du «récepteur», et donc notamment du·de la chercheur·e, entre en résonnance avec le corps de l’«émetteur» et ce phénomène («analyseur corporel»)  permet par un mécanisme de feed-back d’attribuer à autrui des états mentaux (Cosnier 2011). Cela relève du phénomène des neurones miroir : la perception d’une émotion sur un visage déclenche par le phénomène des neurones miroirs (et probablement par d’autres phénomènes) un mimétisme corporel chez l’observateur (Rizzolatti et Sinigaglia 2006). Le dispositif numérique (numérisation de l’image, montage numérique) favorise ces phénomènes de mimétisme émotionnel.  En outre, l’Internet assure l’internaute d’une large diffusion et donc d’une échoïsation amplifiée.
  • l’extimité : l’exposition de soi est favorisée par l’appareillage technodiscursif (Paveau 2014). Il est facile aujourd’hui pour les énonciateurs·trices endeuillé·e·s de réaliser et de publier des bioramas ou des témoignages télévisuels. L’évocation des accidents et des aléas de la procréation, de la maladie et du deuil pose la question des frontières entre l’espace public et l’espace privé, l’intimité et l’extimité (Lacan 1959-1960, Miller 1985-1986, Tisseron 2001 et 2011). L’extimité n’est pas contraire à l’intimité, elle se conçoit au contraire dans le rapport à l’autre : ce mouvement “qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime” permet de mieux se les approprier “en les intériorisant sur un autre mode grâce aux échanges qu’ils suscitent avec leurs proches” (Tisseron 2001 : 52).
  • la pathémisation : l’intime est de plus en plus exposé. L’émotion serait même voulue, il y aurait une « visée pathémique » (Charaudeau 2000). Dans le prolongement des tragédies grecques, l’apparition du privé à la télévision aurait une fonction d’identification cathartique : “La pathémisation provient ici de l’écho que ce spectacle de la souffrance individualisée peut rencontrer chez le téléspectateur et de son effet éventuellement thérapeutique. L’apparition du privé a ici une fonction d’identification cathartique.” (Charaudeau 2000 : 147). Il reste à démontrer si cette pathémisation se discerne aussi dans les discours numériques des parents endeuillés.

Comme tout spectateur·trice, le·la chercheur·e est confronté·e à l’impact émotionnel de ces récits de vie incarnés. Comment échapper au sentiment d’empathie ou de rejet déclenchée par des marques multimodales (geste, regard, etc.) ou par des signes associés à des stéréotypes socioculturels (décor de l’appartement où a été effectué l’enregistrement, tenue vestimentaire, etc.) ? Au-delà de cette question méthodologique se pose la question philosophique et morale de la recherche sensible, du positionnement du·de la chercheur·e, pris entre engagement et distanciation (Elias 1983, Hennequin 2012). 

L’objet de l’atelier était aussi de faire comprendre les enjeux de ces vidéos-témoignages,  de souligner la réversibilité de la vulnérabilité et de ses dynamiques (Ghliss, Paveau et Ruchon 2019, à paraître) où s’estompe la dichotomie chercheur·e/analysé·e. Ces témoignages montrent comment des locuteurs dits “vulnérables” réaffirment leur identité de parent en dépit du deuil, resignifient certains termes comme mère ou parent, refusent une pathémisation outrancière. L’hypothèse est que la mise en forme narrative de ces discours aurait une vertu thérapeutique en facilitant une reconstruction identitaire et en favorisant une interaction médiatisée entre internautes.

La réflexion porte in fine sur l’exploitation possible de ces données à la fois personnelles et publiques. La linguistique du care pousse le·la chercheur·e vers un rôle interventionniste. Peut-on se contenter d’un rôle descriptif et interprétatif face à ces récits de vie ? Cette question fait écho à celles posées dans l’appel du colloque qui se déroulera en novembre  2019 à Poitiers, “L’analyse du discours entre description, geste critique et intervention“. L’attachement aux corpus sensibles (impliquant des locuteurs·trices considéré·e·s comme “vulnérables”), au lexique sensible (migrants, race, etc.), ne constitue-t-elle pas en soi un geste interventionniste qui pourrait se prolonger par des actions plus concrètes (intégration des résultats de recherche dans un programme d’accompagnement du deuil, soutien des démarches de linguistique populaire menées par les endeuillés sur les lacunes lexicales associées au deuil, etc.) ? Élaborer une stratégie commune, rompre la dichotomie analysés / analysants, autant de nouveaux objectifs que se fixe aujourd’hui l’analyse du discours, oscillant entre neutralité descriptive et démarches militantes.

Références citées :

– Auchlin Antoine, 2000, dans Plantin Ch., M. Doury et V. Traverso(éds), Les émotions dans les interactions, Lyon PUL.

– Barus-Michel Jacqueline, 1986, « Le chercheur, premier objet de la recherche », Bulletin de psychologie, tome 39, N°377 : 801-804.

– Bertaux Daniel, 2005 [1997], Le récit de vie, Paris, Armand Colin.

– Brodiez-Dolino Axelle, 2015, « La vulnérabilité, nouvelle catégorie de l’action publique », Informations sociales, n° 188 : 10-18.

– Brodiez-Dolino Axelle, 2016, « Le concept de vulnérabilité », La Vie des idées.

– Charaudeau Patrick, 2000, « Une problématisation discursive de l’émotion. À propos des effets de pathémisation à la télévision. », dans Plantin, Doury et Traverso (éds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon : 125-141, <http://www.patrick-charaudeau.com/La-pathemisation-a-la-television.html>.

– Cosnier Jacques, 2011, « Empathie et communication. Comprendre autrui et percevoir ses émotions », dans Cabin Philippe et Dortier Jean-François, La communication : état des savoirs, Sciences Humaines.

– Costantini Chantal, 2009, « Le chercheur : sujet-objet de sa recherche ? », Cliopsy, n°1.

– Dal Bo Beatrice, Laura Davis et Jérémy Laboureau, « Médium et discours », Cahiers de praxématique [En ligne], 71 | 2018, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 18 juin 2019, http://journals.openedition.org/praxematique/4949

– Elias Norbert, 1993 [1983], Engagement et distanciation, Paris, Fayard.

– Ferry Jean-Marc, 1991, Les Puissances de l’expérience : essai sur l’identité contemporaine, Paris, Editions du cerf.

– Ghliss Yosra, Paveau Marie-Anne, Ruchon Catherine (dir.), 2019 (à paraître), “Dynamiques discursives de la vulnérabilité”, Discours, Signes et sociétés, <https://ecumedudit.hypotheses.org/1734>.

– Gilligan Carol, 2008, Une voix différente. Pour une éthique du care, Paris Flammarion.

– Hennequin Émilie (dir.), 2012, La Recherche à l’épreuve des terrains sensibles : Approches en sciences sociales, Paris, L’Harmattan.

– Lacan Jacques, 1986 [1959-1960], Séminaire 7, L’éthique de la psychanalyse, Paris, Éditions du Seuil (version consultée : nouvelle transcription Staferla, sur le site de Patrick Valas, <http://www.valas.fr/Jacques-Lacan-L-Ethique-de-la-psychanalyse-1959-1960,272>.

– Guilhaumou Jacques, 2004, « Analyse de discours de sujets dits « exclus ». Un récit construit ensemble », dans Mesini B., Pelen J.-N. et Guilhaumou J. (dir), Résistances à l’exclusion. Récits de soi et du monde, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence : 269-302.

– Jeanneret Yves et Souchier Emmanuël, 2005, “L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran”, Communication et langages 145 : 3-15, <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_2005_num_145_1_3351>.

– Kerbrat-Orecchioni Catherine, 2000, « Quelle place pour les émotions dans la linguistique du XXe siècle ? », dans Plantin, Doury et Traverso (eds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. « Éthologie et psychologie des communications » : 33-74.

– Maingueneau Dominique, 2018, « Médium et identité du genre de discours », Cahiers de praxématique, n° 71, <http://journals.openedition.org/praxematique/5154>.

– Micheli Raphaël, Les émotions dans les discours. Modèle d’analyse, perspectives empiriques. De Boeck Supérieur, « Champs linguistiques », 2014, https://www.cairn.info/les-emotions-dans-les-discours–9782801117385.htm

– Miller Jacques-Alain, 1985-1986, “Extimité”, séminaire sur le séminaire 7 de Lacan, L’éthique de la psychanalyse, Université Paris 8.

– Molinier Pascale, 2013, Le travail du care, La Dispute, coll. « Le genre du monde ».

– Nossik Sandra (dir.), 2014, « Approches discursives des récits de soi », Semen, n°37,<https://semen.revues.org/9853>.

– Paveau Marie-Anne, 2014, « Ce qui s’écrit dans les univers numériques. Matières technolangagières et formes technodiscursives », Itinéraires, <http://itineraires.revues.org/2313 >.

–  Paveau Marie-Anne, Perea François (coord.), 2015 [2012], “Corpus sensibles”, Cahiers de praxématique 59. 

– Ricœur Paul, 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

– Rizzolatti Giacomo, & SinigagliaI Corrado, 2008 [2006], Mirrors in the Brain: How our Minds Share Actions, Emotions, and Experience, trad. Frances Anderson, Oxford, Oxford University Press.

– Ruchon Catherine, 2018, « Une situation d’interlocution spécifique : les discours numériques du parent endeuillé à son enfant décédé », Semen 45.

– Soulet Marc-Henry, 2005, « Reconsidérer la vulnérabilité », Empan 60, p. 24-29, <https://www.cairn.info/revue-empan-2005-4-page-24.htm>.

– Soulet Marc-Henry, 2014, « Les raisons d’un succès. La vulnérabilité comme analyseur des problèmes sociaux contemporains », dans Brodiez-Dolino et al., Vulnérabilités sanitaires et sociales. De l’histoire à la sociologie, Rennes, Presses universitaires de Rennes : 59-64.

– Tisseron Serge, 2002 [2001], L’intimité Surexposée, Paris, Hachette Littérature.

– Tisseron Serge, 2011, “Intimité et extimité”, Communications 88 : 83-9, <http://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_2011_num_88_1_2588>.

– Tronto Joan, 2009 [1992] , Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte.

Mot-clés : care, corpus sensible, émotion, empathie, extimité, linguistique interventionniste, multimodalité, pathémisation, vulnérabilité.

Ensauvager et ensauvagement, des mots épouvantail

Avec les récents événements sociaux, le mouvement des gilets jaunes, la médiatisation de la violence dans les manifestations, on observe depuis peu dans des discours médiatiques l’utilisation accrue des mots ensauvager et ensauvagement. Actuellement ces mots semblent utilisés pour agiter l’épouvantail de l’effondrement de la civilisation et du retour du primitif.

Ensauvager, c’est « rendre sauvage » (CNRTL en ligne). Étymologiquement, le verbe vient du latin silva « forêt, bois » (Rey 2016 [1993]: 2159), le terme sauvage quant à lui désignant ce qui n’a pas subi l’influence humaine. Aujourd’hui, le composé parasynthétique (formé par les affixes en– et –er) ensauvager est employé pour qualifier des lieux ou des activités artistiques marqués par un retour à la nature. Alain Rey notait en 1993 que le préfixé ensauvager, que l’on trouve sous la plume de Sainte-Beuve ou de Zola, était rare et littéraire. Ce n’est plus le cas. Courant des années 2000, le discours politique et médiatique présente des occurrences du terme qui semblent indiquer un glissement vers « ce qui relève de l’animal » sous ses aspects discriminants.

Le mythe de l’ensauvagement

Selon la première acception du mot sauvage, est sauvage ce « qui est à l’état de nature ou qui n’a pas été modifié par l’action de l’homme » (Le nouveau Petit Robert). La définition s’applique aux animaux qui vivent en liberté dans la nature et aux humains peu civilisés, dont le mode de vie est archaïque. Comme le souligne Descola, le sauvage se définit de façon antithétique, en opposition au domestique puis au civilisé :

Est sauvage, on le sait, ce qui procède de la silva, la grande forêt européenne que la colonisation romaine va peu à peu grignoter : c’est l’espace inculte à défricher, les bêtes et les plantes qui s’y trouvent, les peuples frustes qui l’habitent, les individus qui y cherchent un refuge loin des lois de la cité et, par dérivation, les tempéraments farouches demeurés rebelles à la discipline de la vie sociale. Pourtant, si ces différents attributs du sauvage dérivent sans doute des caractéristiques attribuées à un environnement bien particulier, ils ne forment un tout cohérent que parce qu’ils s’opposent terme à terme aux qualités positives affirmées dans la vie domestique. Celles-ci se déploient dans le domus, non plus une unité géographique à l’instar de la sylve, mais un milieu de vie, une exploitation agricole à l’origine, où, sous l’autorité du père de famille et la protection des divinités du foyer, femmes, enfants, esclaves, animaux et plantes trouvent les conditions propices à la réalisation de leur nature propre. Travaux des champs, éducation, dressage, division des tâches et des responsabilités, tout concourt à ranger humains et non-humains sous un même registre de subordination hiérarchisée dont les relations au sein de la famille étendue offrent le modèle accompli. Avec la terminologie qui l’exprime, les Romains nous ont légué les valeurs associées à ce couple antithétique dont la fortune va aller croissant. (Descola 2004)

Dans les discours contemporains, c’est l’opposition sauvage / civilisé qui domine, conformément à l’acception présentée dans Le nouveau Petit Robert. On trouve aux États-Unis cette idée d’un monde sauvage (wilderness) qu’il faut civiliser :

Perçue par les Pères pèlerins (Pilgrim Fathers), premiers puritains venus d’Europe en 1620, comme un espace infernal – « étendue sauvage immense et hideuse, peuplée de bêtes et d’hommes sauvages » (William Bradford), où Satan s’ingéniait à éprouver la foi des pèlerins – , la wilderness fut d’abord un territoire à conquérir, à défricher et à cultiver, donc à détruire. Les Lettres d’un cultivateur américain (1784) de Hector Saint-John de Crèvecœur, jalon incontournable de la construction d’une identité nationale à l’aube de l’indépendance, opposent aussi la forêt sauvage, lieu de régression irrationnelle à l’anarchie primitive, à la ville et aux champs plaisamment ordonnés, témoignant des bienfaits de la civilisation. (Grandjeat, en ligne)

À certaines époques cependant, le terme sauvage perd sa connotation négative. Le « sauvage » se trouve alors associé au retour à la nature, à l’innocence, à un paradis perdu. On assiste à cette inversion des valeurs au XVIIIe siècle en France sous l’influence de Rousseau et de sa théorie du bon sauvage, non corrompu par la civilisation, ainsi qu’au XIXe siècle aux États-Unis, chez des écrivains de la nature comme Ralph Waldo Emerson ou Henry David Thoreau, où « c’est la nature sauvage (les bois) qui permet de retrouver l’innocence » (Grandjeat, [en ligne]). Plus encore, les nature writers s’éloignent d’une tradition anthropocentrique et dotent la nature d’une sensibilité et d’une agentivité qui lui sont propres (Grandjeat, [en ligne]). Thoreau « cherche à capter dans la matière de son écriture l’écho d’autres langues, non humaines, qui pourraient l’« ensauvager » par ce que les Espagnols appellent gramática parda, la « grammaire fauve » (Thoreau, cité par Grandjean, [en ligne]).

La wilderness américaine et l’ensauvagement français prennent source dans une histoire coloniale. L’ensauvagement est un état résultant du passage d’une culture à une autre, celle des Européens à celle des Amérindiens. L’ensauvagement est plus particulièrement associé à la nudité :

Au début du XVIe siècle, pirates dieppois et marins normands, en quête de bois de braise, avaient pris l’habitude de débarquer sur les rivages du Brésil de jeunes français. Ces maïrs ou maïra, comme les appelaient les Tupi, devaient leur servir d’interprètes pour leurs prochaines escales. Les relations maritimes étant, à l’époque, quelque peu précaires, ces jeunes gens à la barbe rousse ne tardaient pas à s’ensauvager, notamment au contact des Amérindiennes au corps dénudé… (Maira, bimestriel brésilienniste de l’association de capoeira Maira, janv-fév 1993, mis en gras par moi)

Dans cet article du magazine brésilien Maira, l’ensauvagement passe par les femmes. L’état sauvage est celui de la nudité. C’est un topos encore très vivace aujourd’hui. On retrouve cette idée dans un billet beaucoup plus récent (2017) qualifiant les performances artistiques de l’artiste chinois Liu Tao et ses « autoportraits où il se met en scène nu dans des quartiers traditionnels chinois en démolition » et titré « Liu Tao ensauvage le monde » en reprise du nom de l’exposition « Ensauvager le monde ».

Le dérivé ensauvagement est aussi présent dans le Discours sur le colonialisme de Césaire (1950). Selon lui, le colonialisme « décivilise » le colonisateur et produit « l’ensauvagement du continent », dit-il. La colonisation n’amène pas la « civilisation » mais l’ensauvagement. Les connotations associées au mot sauvage sont contextuelles. A l’époque du colonialisme, le sauvage est celui qui n’est pas « civilisé ». En 1950, Césaire retourne le mot vers ceux qui l’emploient avec cette connotation péjorative. Le « sauvage » n’est peut-être pas celui que l’on croit. Les nations qui se considèrent comme civilisées sont peut-être tout autant, sinon plus, capables de sauvagerie, donne à entendre Césaire dans son discours. 

Plus récemment, le terme est mentionné par l’historienne Mona Ozouf qui parle d’« ensauvagement du langage » en relation au mouvement des gilets jaunes, en se référant à la Révolution française et au livre de Victor Klemperer sur la langue du IIIème Reich : « l’ensauvagement du langage non seulement annonce mais prépare, fabrique même l’ensauvagement des actes ».

Une publicité récente de Christian Dior joue sur l’ambiguïté du mot sauvage et sur différents stéréotypes associés au caractère sauvage au travers de la figure d’un Johnny Depp porteur de tatouages et de bagues d’argent évoquant l’image du biker épris de liberté (trait sémantique associé au mot sauvage, l’animal sauvage étant libre), les boucles d’oreilles du pirate (ce qui réfère au caractère hors-la-loi, non civilisé), avec en contrepoint le visage lissé d’un acteur hollywoodien habillé avec élégance (la touche de civilisation qui vient en contrepoint).

Au final, le sauvage, et a fortiori l’ensauvagement, n’existe pas en soi, il s’agit d’une construction qui ne tient qu’en relation antonymique avec le civilisé, ou avec la cité. On peut appliquer au sauvage ce que dit la philosophe Catherine Larrère de la wilderness : il s’agit davantage d’une « construction culturelle » que d’une « réalité naturelle ». Ainsi que l’écrit Descola (2004), cette construction ne se conçoit qu’en contexte :

[…] cette force d’évidence [d’une nature sauvage rédemptrice et menacée] nous empêche peut-être de mesurer que l’opposition du sauvage et du domestique n’est pas patente en tout lieu et en tout temps et qu’elle doit son présent pouvoir de conviction aux aléas d’une évolution des techniques et des mentalités que d’autres peuples n’ont point partagés. (Descola 2004)

L’ensauvagement de la France

Ce qui concerne la sylva, le sauvage, s’oppose au domus, le domestiqué, qui, changeant d’échelle, deviendra le « civilisé » (Descola 2004). Le sauvage et le civilisé se pensent en réciprocité. La sauvagerie hante l’inconscient collectif et fait redouter un retour à un état primaire. De cette crainte jaillit le syntagme « l’ensauvagement de la France » (en écho à « l’ensauvagement de l’Europe » de Césaire), face à une montée présumée de violences, face à la montée de diverses violences urbaines, en particulier celles liées au mouvement des Gilets jaunes. Depuis 2017, le verbe ensauvager fleurit dans certains titres d’une presse souvent extrémiste, où l’idée sous-jacente est toujours le passage d’un état considéré comme supérieur à un état inférieur, apparenté à celui d’un monde sauvage et animal.

On retrouve le verbe ensauvager dans le titre d’un billet de Riposte, La France s’ensauvage et se délite, à cause des immigrationnistes, publié le 31 juillet 2018 dans lequel foisonnent les termes alarmants (s’écroule, s’effondre, s’éclate, menacée), autant de mises en garde sur un péril qui menacerait la France :


Depuis que ces gens-là gouvernent, la France s’écroule. Elle s’effondre ! Elle s’éclate en ethnie. La France est menacée par les bandes, et à terme, par une libanisation. (Riposte, [en ligne])

Le verbe ensauvager n’est pas repris dans l’article mais est précisé par les reformulations anaphoriques (« incivilités », refus d’obéissance aux forces de l’ordre, des agressions) et divers exemples prélevés dans la presse :

On pourrait chaque jour s’étendre sur ce que nos médias appellent des « incivilités » ! Ce sont en fait des refus d’obéissance aux forces de l’ordre, des agressions multiples et souvent répétées par les mêmes auteurs contre des citoyens libres mais privés de ce que l’état leur doit :la sécurité qui est la première des libertés ! (Riposte, [en ligne])

Les exemples d’ensauvagement sont sélectionnés dans différents supports médiatiques (Nice Matin, Nord Littoral, Réseau Libre, etc.). Il s’agit :

– des jeunes « qui caillassent des policiers, en toute impunité ! »,

– des « violences urbaines » « après qu’un jeune homme a été grièvement blessé à scooter, (après un refus d’obtempérer) »,

de deux femmes en voiture qui « se sont retrouvées encerclées par un groupe d’une dizaine de réfugiés »

Autant d’événements qui selon l’auteur n’auraient fait l’objet d’aucune médiatisation dans les années 1970.

Le verbe ensauvager apparait aussi dans le titre d’un éditorial du site Boulevard Voltaire, « Notre société s’ensauvage : le procès du racisme anti-blanc à Évry ». Et là aussi, c’est la seule occurrence de ce terme qui est repris anaphoriquement par le champ lexical de la sauvagerie au travers du syntagme « les fauves » dont le référent est le groupe de quatre mineurs qui ont violé une jeune fille à Evry en 2014 et qui reprend anaphoriquement « Quatre racailles, toutes mineures ». ([en ligne : http://www.bvoltaire.fr/societe-sensauvage-proces-racisme-anti-blanc-a-evry/]). Cet emploi qui crée une équivalence entre fauve et racaille relève d’une zoo-anthroponomie spéciste (Goudet, Paveau & Ruchon 2018). Le tissage textuel du dérivé ensauvagement avec ces termes (fauve et racaille) est facilité par le fait que l’adjectif dont il est issu (sauvage) s’applique aussi bien à l’animal qu’à l’homme (distinction lexicographique).

L’utilisation dans les titres d’articles du mot ensauvagement permet de qualifier les exemples égrainés dans les articles. Il évite de thématiser sur les auteurs des délits ou même sur les victimes, ce qui serait le cas avec d’autres substituts éventuels, comme délinquance. C’était ce qu’observait Émilie Née dans son étude sur le terme insécurité :

La substitution d’insécurité à délinquance a un bénéfice politique évident : le terme délinquance ouvre sur un discours qui thématise sur les agresseurs (A1 est délinquant, A1 agresse, etc.), tandis que le terme insécurité peut faire pencher le discours du côté des victimes (A1 est en danger, A1 a peur, etc.) (Née 2012 : 110).

Un terme à contenu sémantique variable comme « ensauvagement » contribue à propager un sentiment d’inquiétude autour d’une menace floue aux contours incertains. De plus, la spécification par un complément déterminatif comme « de la France » favorise une réception positive par tout citoyen français. La présence du mot france est un appel à la conscience nationale.

L’ensauvagement, le concept du délit

Dans un colloque intitulé « De la délinquance à l’ensauvagement ? », Marine Le Pen mentionne que la cité, dont elle rappelle l’étymologie (« civis »), n’est plus « synonyme de civilisation, de courtoisie » mais est devenu « un monde auquel on accole le terme d’incivilité » et où « la violence qui y régnait a évolué en ultra violence. » Le mot ensauvagement fait planer une menace, celle d’un monde qui se « décivilise », d’un monde qu’il faudrait policer, comme le suggère la photographie représentant des policiers (voiture et motards) qui illustre l’éditorial intitulé « Les violences gratuites augmentent, le monde s’ensauvage » (site de Sud Radio, mars 2019). L’ensauvagement serait tel que seul le recours à la police pourrait endiguer ce retour de barbarie.

Le mot ensauvagement distille une peur diffuse qui s’entretient au rythme des faits divers. Il est inutile d’accumuler les exemples. Il suffit d’observer que l’emploi de ensauvagement dans les titres d’articles, sans reprise dans le texte, marque le caractère conceptuel du terme. Ainsi que le souligne Charles Sapin dans un article du Figaro publié le 1er décembre 2018, ce mot est employé par les représentants de différents partis, de gauche comme de droite pour désigner un danger, la montée de la violence en France. La litanie d’exemples que l’on trouve dans les articles mentionnés plus haut ne sont pas sans rappeler ceux mentionnés par Marine Le Pen lors du colloque qu’elle présidait en décembre 2018, « De la délinquance à l’ensauvagement ? », où intervenaient notamment Laurent Obertone, l’auteur de l’ouvrage controversé La France Orange Mécanique, le criminologue Xavier Raufer, qui a préfacé l’ouvrage de Laurent Obertone, ou bien encore la présidente de l’association Uniformes en danger, Christelle Teixeira. « Ce mot ensauvagement que nous utilisons parce qu’il nous semble caractériser la terrible évolution de la société commence à être repris par des observateurs y compris même par un ministre de l’intérieur », conclut la présidente du Rassemblement national. C’est dans l’ouvrage de Laurent Obertone, qui incrimine l’État français face à une présumée montée de la violence, que Marine Le Pen découvre le terme ensauvagement qu’elle reprend ensuite à son compte. Le terme était cependant déjà présent dans le titre d’un essai de la philosophe Thérèse Delpech, L’ensauvagement : essai sur le retour de la barbarie au XXIe siècle.

Le mot ensauvagement permet ainsi de rassembler sous un concept unique certains délits associés à la fois à la délinquance et à l’immigration. Une fois le concept posé, il est facile de l’alimenter des faits divers aux causes multiples mais qui apparaissent ainsi unifiés par le biais de la catégorisation et du titrage médiatique. Tous les faits divers mentionnés sont ainsi mis au même niveau et semblent étayer la thèse présentée.

De l’aspect progressif à la mise en garde

Dans ces exemples, la préférence du terme ensauvagement à celui de sauvagerie par exemple attire l’attention sur l’aspect aspectuel (l’aspect étant considéré ici selon la théorie de l’aktionsart, c’est-à-dire comme n’étant pas exclusivement inhérent à un morphème grammatical mais comme un effet de sens tributaire de nombreux éléments en discours). Par le verbe ensauvager et le nom d’action ensauvagement, les énonciateurs/trices représentent le procès comme un processus. Le préfixe en- indique l’entrée dans un état nouveau ou l’acquisition d’une qualité nouvelle :

Lorsque la base du composé est un adjectif qualificatif, le verbe composé avec -en « exprime l’acquisition d’une qualité », équivalent alors à « faire devenir + adjectif » (CNRTL, en ligne)

Dans le cas du verbe ensauvager, qui comporte sémantiquement un aspect progressif (« rendre sauvage » selon le Dictionnaire historique de la langue française et le CNRTL), l’emploi du présent renforce l’aspect progressif (« la France s’ensauvage », « notre société s’ensauvage »).

Ce que ces termes mettent en évidence, c’est cet aspect progressif de l’action. Cet aspect fonctionne comme une alerte, une mise en garde contre un processus en cours (celui d’une dé-civilisation ») et qu’il faudrait bloquer. Les préfixés ensauvager / ensauvagement permettent de donner un coup de projecteur sur une actualité à laquelle on prête en discours une connotation négative et qu’il convient donc de stopper, d’endiguer.

L’aspect progressif est accentué dans le cas du substantif par l’ajout du suffixe -ment qui induit l’idée d’action (Hélène Huot 2001, cité par Charles 2014, en ligne).

Les termes ensauvager et ensauvagement indiquent un processus et ne visent pas l’achèvement du procès. Le terme final du processus d’ensauvagement (valeur atélique) n’est pas envisagé par les énonciateurs/trices. Il est laissé à l’entendement des lecteurs/trices et auditeurs/trices. Cela leur permet de donner une modalité de mise en garde à leurs discours. Cet effet est amplifié dans des énoncés à structure pronominale comme dans « La France s’ensauvage » où les actants potentiels ne sont pas individualisés mais regroupés sous une entité fédératrice (la France).

Aujourd’hui ensauvagement se présente en discours comme un mot à thèse qui donne un coup de projecteur sur certains faits et guide l’interprétation, en apportant un supplément axiologique dont ne dispose pas des termes concurrentiels comme « violences » ou « délinquance ». Le terme prend une valeur de mot-argument (Moirand 2004) dans les discours médiatiques qui mentionnent pêle-mêle des exemples de violences sous l’étiquette fédératrice de « ensauvagement ».

Ainsi le sauvage et l’ensauvagement apparaissent dans ces contextes comme des constructions culturelles. Cela permet une utilisation politique au sens où ces mots sont support d’une thèse et d’un discours sous-jacent catastrophique, donnant à entendre que la situation en France va en s’aggravant, que la violence est omniprésente. Ces mots diffuseurs de peur jouant sur la menace d’un effondrement de la civilisation participent d’un discours alarmiste qui fait écho à la thèse en vogue de la collapsologie, qui veut étudier “l’effondrement de notre civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder” (Servigne et Stevens 2015).

Références

ARNOULD Paul et GLON Eric, 2006, « Wilderness, usages et perceptions de la nature en Amérique », Annales de géographie 649,  numéro thématique : Wilderness. La nature en Amérique du nord , [en ligne : https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_2006_num_115_649_21452] : 227-238.

CESAIRE Aimé, 1955 [1950], Discours sur le colonialisme, Paris, Présence africaine.

DESCOLA Philippe, 2004, « Le sauvage et le domestique », Communications 76, Nouvelles figures du sauvage, [en ligne : https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_2004_num_76_1_2157] : 17-39.

CHARLES Florence, 2014, « Préfixe, suffixe, mots de la même famille… », Repères 49, [en ligne : http://journals.openedition.org/reperes/706], consulté le 17 février 2019 : 92-113.

GOUDET Laura, PAVEAU Marie-Anne, RUCHON Catherine, 2018, « Zoo-anthroponymes. Quand l’animal est le nom de l’humain », communication au colloque Nommer l’humain : descriptions, catégorisations, enjeux. Une approche pluridisciplinaire, laboratoires LILPA et DRES, Université de Strasbourg, 10-12 janvier.

GRANDJEAT Yves-Charles, « Nature Writing, littérature », Encyclopædia [en ligne : http://www.universalis-edu.comencyclopedie/nature-writing-litterature/”], consulté le 17 février 2019.

MOIRAND Sophie, 2004, « L’impossible clôture des corpus médiatiques. La mise au jour des observables entre catégorisation et contextualisation », Travaux Neuchâtelois de Linguistique (TRANEL) 40, Neuchâtel, Institut des sciences du langage et de la communication : 71–92.

NÉE Émilie, 2012, L’insécurité en campagne électorale, Paris, Honoré Champion.

REY Alain (dir.), 2016 [1993], Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert.

SERVIGNE et  STEVENS Raphaël, 2015, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Paris, Seuil.

THOREAU H. D. , Walden, or Life in the Woods [1854], Dover Thrift Editions, 1995 (Walden, ou la Vie dans les bois, trad. franç. L. Fabulet, Gallimard, 1990).

Dynamiques discursives de la vulnérabilité

[Appel à articles] Dynamiques discursives de la vulnérabilité (Revue Signes, Discours et Société)

Coordination :

  • Yosra Ghliss, Université Montpellier 3, Praxiling ;
  • Marie-Anne Paveau, Université Paris 13, Pléiade ;
  • Catherine Ruchon, Université Montpellier 3, associée Pléiade

Appel à articles

Dynamiques discursives de la vulnérabilité

 

1. Présentation

« Nous avons besoin de récits qui émergent des corps de ceux qui vivent les luttes directement, plutôt que d’attendre que des journalistes ou des universitaires nous les racontent depuis le confort de leur bureau et avec le recul rassurant de l’histoire », John Jordan, dans Éloge des mauvaises herbes. Ce que nous devons à la ZAD, 2018, ouvrage collaboratif coordonné par Jade Lindgaard.

La notion de vulnérabilité

La vulnérabilité est désormais un véritable paradigme en sciences humaines et sociales, qui s’est substitué à celui de la pauvreté et de la justice sociale à partir des années 1990 (BRODIEZ- DOLINO 2016), et qui constitue un élément central de la réflexion sociale et politique contemporaine (BRUNETEAUX et TERROLLE 2010, GAILLE et LAUGIER 2013, LE BLANC 2007 et 2009, MAILLARD 2011). Elle est définissable en première analyse comme une disponibilité à la blessure et à la nuisance et reçoit un sens différent selon qu’on la pense dans un cadre politique ou éthique. Dans le cadre politique, elle est posée de manière dualiste entre les deux pôles opposés de l’autonomie et de la dépendance, dans la perspective d’une « anthropologie disjonctive » ; dans le cadre éthique, l’autonomie et la dépendance constituent un continuum anthropologique, dans la perspective d’une « anthropologie conjonctive » (GENARD 2009 cité par GARRAU 2013). GHLISS & VOSKRESENSKAYA (à paraître) proposent de penser la vulnérabilité comme un concept « fluide » qui s’échelonne d’une vulnérabilité « ordinaire » à laquelle tout être humain est confronté, qu’elle soit liée à notre dépendance par rapport aux relations sociales ou à des périodes particulières de la vie comme enfance ou vieillesse, ou encore maladie, vers une vulnérabilité plus « spécifique » – laquelle peut être permanente, irréparable, comme dans le cas des vies endommagées par des maladies incurables ou handicaps, ou relative à des conditions d’existence externes (précarité, chômage, situation illégale, etc.), mais qui peut tout autant affliger toute vie ordinaire. La notion de vulnérabilité est centrale dans les travaux de plusieurs chercheur.e.s majeur.e.s : Amartya Sen et Martha Nussbaum sur les capabilities, Carol Gilligan et Joan Tronto sur le care, Axel Honneth sur la reconnaissance ou Judith Butler sur le genre, pour ne citer que quelques exemples.

Cette notion n’est pas sans critiques : Hélène Thomas la présente comme normative, naturalisante et dépossédante (THOMAS 2010), prise dans une inflation dénominative qui produit à la chaîne des « mots-éponges » ayant amené une « industrie de la vulnérabilité » empêchant la reconnaissance de la pauvreté (THOMAS 2008). De plus, les personnes vulnérables, quand elles font l’objet de recherches, se voient trop souvent privées de leur capacité à agir (agency), à résister, ou de leur expertise (TOURETTE-TURGIS et THIEVENAZ 2012, PAVEAU 2017).

Il est néanmoins possible de construire cette notion de manière non surplombante en conservant l’autonomie des sujets, comme le montrent certains travaux : en suivant le parcours de Georges, un « SDF » (selon le nom que l’état social et la recherche lui donnent) pendant une quinzaine d’années, le sociologue Patrick Bruneteaux montre qu’il possède une capacité à agir sur sa propre vie activée par la domination elle-même, et qu’il construit des stratégies de fabrication identitaire et des chemins de résistance (BRUNETEAUX 2016) ; Jean-Paul Payet, également sociologue, propose la notion d’« acteur faible », inscrivant volontairement un paradoxe destiné à montrer que la faiblesse est un processus permettant l’émergence de capacités, et non un état marqué par l’impuissance impliquée par la domination (PAYET 2011, PAYET et al. 2008) ; dans un autre champ de recherche (les études postcoloniales) et une autre aire géographique (l’Inde), Gayatri Spivak, dans son célèbre travail sur la parole des subalternes, Les subalternes peuvent-elles parler ? (SPIVAK, 2006 [1988]), appuyé sur une critique de la conception occidentale du sujet, adopte une perspective politique en estimant que la réponse, négative, à cette question, n’implique pas de les amener à la parole (ce qui constituerait un point de vue charitable) mais d’engager une lutte contre la subalternité elle-même ; prolongeant le courant postcolonial par sa critique, le courant décolonial propose de donner la parole aux sujets rendus vulnérables par la colonisation et ses traces mémorielles, en décolonisant les savoirs et en déconstruisant le « point zéro » de l’énonciation coloniale dominante (GROSFOGUEL 2010).

Ces propositions construisent une conception dynamique et capacitante de la vulnérabilité, et permettent d’écarter des représentations prioritairement marquées par le manque, l’impuissance et le silence.

Analyse du discours et vulnérabilité

Ce numéro de Signes, discours, société, a pour but de mobiliser cette conception dynamique en analyse du discours, trop souvent marquée par des représentations insuffisamment agentives des sujets vulnérables. Les analystes du discours adoptent en effet parfois une perspective dépossédante via l’emploi de dénominations privatives. Le paradigme des mots construits en [sans + X], lancé entre autres par Jacques Guilhaumou (GUILHAUMOU 1998), qui est cependant le premier chercheur à avoir impliqué la parole des sujets enquêtés dans la méthodologique même de l’analyse (via la notion de co-construction du corpus, GUILHAUMOU 2004), est bien installé en analyse du discours et disciplines affines comme les sciences de l’information et de la communication ou les études de langue française. On peut citer notamment un colloque récent en analyse du discours, intitulé Donner la parole aux “sans-voix” ? Acteurs, dispositifs et discours (DUCARD et al. 2018), mentionnant en bibliographie les termes sans-visage (FARGE 2004), voiceless (FERRON 2012), la thèse de Guillaume Garcia sur les « sans » (GARCIA 2013), plusieurs articles autour des sans-papiers (par exemple JACQUEZ 2015). La catégorie des « sans-voix » est lexicalisée dans le discours médiatique, comme le montre par exemple le projet éditorial du Monde, « Paroles de sans-voix », lancé en février 2017 et significativement porté par des associations humanitaires et confessionnelles (LE MONDE, 2017). Aux composés en sans s’ajoutent diverses dénominations préfixées en in- comme invisibles, mobilisée par exemple chez Alain Rabatel (RABATEL 2016). Ces catégories posent problème dans la mesure où, souvent importées de la sociologie ou de la science politique (par exemple SIMÉANT 1998 pour sans- papier, BEAUD et al. 2006 pour invisibles), ou de l’usage commun, elles sont rarement construites comme catégories linguistiques. De plus, les travaux qui les mobilisent s’inscrivent parfois dans une perspective que l’on peut qualifier de vertueuse, visant à « faire parler » les sujets vulnérables (DUCARD et al. 2018), ou à leur « offrir » du sens (GLADY 2008), ou encore à « aider à la lutte contre toutes les injustices » (RABATEL 2016). Ces objectifs relèvent de plusieurs formes d’appropriation discursive de la parole des sujets vulnérables (PAVEAU 2017), qui passe par l’énonciation ventriloque (« faire parler ») et la destitution interprétative (attribution d’étiquettes catégorisantes à partir d’un point de vue extérieur aux sujets).

Les travaux en analyse du discours sont rarement menés à partir du point de vue (au sens de la standpoint theory états-unienne, voir HARDING 1993) des locuteur.ices, donc des individus en situation de vulnérabilité eux-mêmes (sauf exception comme NÉE et al. 2016). Cet état de fait n’est pas entièrement à mettre sur le compte des choix des chercheur.e.s ; mais appartient à la constitution historique et à la structuration théorique de la discipline, qui a constitué les discours comme objet exclusif de la pratique d’analyse, dans le cadre d’une distinction binaire entre le discours et ses extérieurs, sous différentes étiquettes (la plus fréquente restant linguistique/ extralinguistique). Dans les travaux en analyse du discours en effet, les énoncés restent extraits, mentionnés et analysés hors des conditions environnementales de leur production, celles-ci étant traquées dans la matière langagière elle-même ; cela veut dire que les environnements existentiels des sujets sont réduits à l’état de traces dans les discours, ce qui explique la rareté de la prise en compte véritable des « conditions de vue » (PUIG DE LA BELLACASA 2008) des sujets.

2. Orientation du numéro : dynamiques de la vulnérabilité

Une perspective politique

Ce numéro voudrait proposer une autre perspective fondée sur l’identification, la reconnaissance et la prise en compte des dynamiques de la vulnérabilité. Cette perspective est politique et elle implique que les sujets vulnérables, à partir de leur vulnérabilité même (cette localisation, formulée dans le cadre des études de genre par HARAWAY 2007 [1991] et BUTLER 2004 [1997], est fondamentale), élaborent des résistances et des réponses, des chemins de vie et des stratégies d’action, des imaginaires et des sociabilités, des relations et des affinités consenties (le consentement suppose l’exercice de la volonté, voir COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L’HOMME 2015), qui sont construits dans des discours, des signes ou des dispositifs signifiants. Elle implique également que la question des sujets vulnérables soit rapportée au fonctionnement des systèmes (institutions, états, collectifs) et à leur organisation des hiérarchies de pouvoir et de domination, et non aux seules vies des individus qui resteraient pris dans les filets de leur destin ou dans les bras de la charité associative ou étatique. Elle implique enfin que le traitement de la vulnérabilité soit intersectionnel et que l’on n’en isole pas les facteurs : sexe, classe, race, corps (maladies, handicaps), espaces (régions défavorisées, déracinements, déplacements) et mémoires (héritages, traumas) sont en effet pris dans un continuum.

On attend donc des réflexions à partir de catégories agentives comme, par exemple, sujet vulnérable, acteur et actrice faible (PAYET 2011), sujet minoré (proposé par ALLARD 2015 dans le cadre numérique) ou toute autre construction catégorielle identifiant des sujets qui, pour vivre dans les marges des normes dominantes (à tous les sens du terme : sociales, économiques, spatiales, morales, sexuelles, raciales, politiques, néocoloniales, etc.), dans des espaces parfois appelés

non-lieux à partir du point de vue du centre, n’en construisent pas moins des modalités d’existence fondées sur l’autonomie et la résistance.

Outre l’analyse du discours, toutes les approches disciplinaires qui travaillent sur les discours, les signes et, plus largement, les dispositifs signifiants, sont les bienvenues, pourvu que les contributions proposent des réflexions sur des formes, au sens large du terme.

Axes de travail possibles (liste indicative, d’autres propositions sont possibles) :

A. Approche épistémologique et méthodologique

-Réflexivité de la /du chercheur.e dans son travail sur les locuteur.ices vulnérables, tant par l’analyse des données que par la méthodologie de leur recueil.

-L’expérience de vulnérabilité du/ de la chercheur.e comme appui scientifique (sur l’exemple des travaux de Mohammad Alsadhan (ALSADHAN et RICHARD 2018 à par.), qui en tant que chercheur syrien analyse les discours des réfugiés syriens dans le cadre du programme PAUSE (Programme National d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil).

-Le / la chercheur.e a-t-il ou a-t-elle le “droit” de tout analyser? Interroger les limites des champs d’action de la recherche.

-L’approche narrative (voir par exemple les travaux de Arthur W. Frank) : exemple de la médecine narrative, initiée par Rita Charron à la fin des années 1990, qui redonne au patient sa place de “sujet”.

-Analyse des lexiques sociaux, scientifiques ou éthiques de la vulnérabilité, en particulier les désignatifs (le paradigme des “sans-X”, paupérisés, précaires, acteurs faibles, etc.).

B. Approche discursive et lexicale

Exploration des lieux discursifs, alternatifs à la domination, du discours des locuteur.ices vulnérables, notamment (liste non exhaustive) :

-l’écosystème numérique comme lieu d’empowerment discursif (comptes Twitter de SDF comme Christian Page ou de victimes de guerre comme l’adolescente palestinienne Farah Gazan, applications mobiles de peuples marginalisés (voir GEORGES et LAFAY 2017 sur la communauté des Touareg qui montre que WhatsApp par sa simplicité et sa diversité d’emploi – écrit, iconique, audio, vidéo – permet à chacun de communiquer quel que soit son niveau d’alphabétisation) ;

-les productions culturelles : le film Ouvrir la voix d’Amandine Gay (2017) sur l’afroféminisme en France ou le livre pour enfants Comme un million de papillons Noirs (2018) de Laura Nsafou, ou encore l’ouvrage collectif Voile & Préjugés (2016) qui donne la parole à une minorité.

-les ouvrages-témoignages de sujets vulnérables (ouvrages de patients et de leur entourage, de familles de personnes dans le coma, parents d’enfants en situation de handicap, parents endeuillés de leur enfant, etc.) qui permettent un renversement de situation, celle du/de la locuteur.ice.s en insécurité linguistique/discursive à celle de l’expert.

-les technodiscours : exemple des hashtags (#MeToo, #BlackLivesMatters) comme empowerment des locuteur.ices vulnérables (outils de ralliement, espace de libération de parole).

3. Références

ALLARD Laurence, 2015, Mythologie du portable, Paris, Le Cavalier Bleu Editions.
ALSADHAN Mohammad et RICHARD Arnaud, 2018 (à paraître), « Reflets identitaires de réfugiés syriens dans le discours médiatico-politique français », in Sandré Marion et al., “Le discours politique identitaire face aux migrations”, Studii de lingvistica 8.
BEAUD Stéphane, CONFAVREUX Joseph, LINDGAARD Jade, 2006, La France invisible, Paris, La Découverte. BRODIEZ-DOLINO Axelle, 11 février 2016, « Le concept de vulnérabilité », La Vie des idées, ISSN : 2105-3030.
BRODIEZ-DOLINO Axelle, VON BUELTZINGSLOEWEN Isabelle, EYRAUD Benoît, LAVAL Christian et RAVON Bertrand (dir), 2014, Vulnérabilités sanitaires et sociales. De l’histoire à la sociologie, Rennes, PUR. BRUNETEAUX Patrick, 2016, Les mondes rêvés de Georges. Fabrications identitaires et alternatives à la domination, Rennes, PUR. BRUNETEAUX Patrick, TERROLLE Daniel, 2010, L’arrière-cour de la mondialisation. Ethnographie des paupérisés, Paris, Éditions du Croquant.
BUTLER Judith, 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif, trad. Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam. CHARRON Rita, 2006, Narrative Medicine: Honoring the stories of illness, New York, Oxford University Press.
COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L’HOMME, 10 juillet 2015, « Avis sur le consentement des personnes vulnérables », Journal officiel de la République française, NOR : CDHX1513727V, Assemblée plénière du 16 avril 2015. DUCARD Dominique, FERRON Benjamin, NÉE Émilie, OGER Claire (org.), 2018, Donner la parole aux “sans-voix” ? Acteurs, dispositifs et discours, organisation d’un colloque international, Créteil, UPEC.
FARGE Arlette, 2004, Sans visages. L’impossible regard sur le pauvre, Paris, Bayard.
FRANK, Arthur W., 1995, The Wounded Storyteller: Body, illness, and ethics, Chicago, The University of Chicago Press. FRANK, Arthur W., 1997, “Enacting illness stories: When, what, and why”, In H. Nelson (ed.), Stories and their limits: Narrative approaches to bioethics, New York, Routledge, p. 31-49.
GAILLE Marie, LAUGIER Sandra, 2013, « Grammaires de la vulnérabilité », Raison publique [site], http:// www.raison-publique.fr/article435.html GARCIA Guillaume, 2013, La cause des « sans ». Sans-papiers, sans-logis, sans-emploi à l’épreuve des médias, Rennes, PUR.
GARRAU Marie, 2013, « Regards croisés sur la vulnérabilité. “Anthropologie conjonctive” et épistémologie du dialogue », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #13, http://traces.revues.org/5731 GENARD Jean-Louis, 2009, « Une réflexion sur l’anthropologie de la fragilité, de la vulnérabilité et de la souffrance », dans PERILLEUX Thomas, CULTIAUX John (dir.), Destins politiques de la souffrance, Paris, ERES, p. 27-45.
GEORGES Fanny et LAFAY Marina, 2017, “Quand les morts masquent les vivants : analyse anthropo- communicationnelle d’une discussion WhatsApp commémorant le décès de Mano Dayak, héros de la rébellion touarègue”, REFSICOM-Recherches Francophones en Sciences de l’Information et de la Communication. GLADY Marc, 2008, « Destination(s) de la connaissance dans l’entretien de recherche : l’inégale appropriation des offres de sens », Langage et Société 123, p. 53-72.
GHLISS Yosra et VOSKRESENSKAYA Valeriya, (dir.), 2019 (à par.), La relationalité à l’aune de la vulnérabilité, actes du colloque jeunes chercheur.e.s, mai 2017, Montpellier, MSH Sud éditions. GROSFOGUEL Ramón, « 8. Vers une décolonisation des “uni-versalismes” occidentaux : le “pluri- versalisme décolonial”, d’Aimé Césaire aux zapatistes », dans Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Découverte, « Cahiers libres », 2010, p. 119-138. GUILHAUMOU Jacques, 1998, La parole des sans. Les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution française, Paris, ENS Editions.
GUILHAUMOU Jacques, 2004, « Un récit construit ensemble. Analyse de discours », dans Mésini Béatrice, Pelen Jean-Noël, Guilhaumou Jacques, 2004, Résistances à l’exclusion. Récits de soi et du monde, Marseille, Publications de l’université de Provence, p. 269-302. HARAWAY Donna, 2007 [1991], « Manifeste cyborg: science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe siècle » dans Manifeste cyborg et autres essais : sciences – fictions – féminismes, Paris, Exils éditeurs, p. 29-92.
HARDING Sandra, 1993, « Rethinking Standpoint Epistemology: What is Strong Objectivity? » in L. Alcoff and E. Potter, eds., Feminist Epistemologies, New York/London: Routledge. HENNI-MOULAÏ, Nadia (dir), 2016, Voiles et préjugés (ouvrage collectif), Melting Book.
JACQUEZ Lise, 2015, « De la difficulté de défendre les sans-papiers dans l’espace public français : typologie et analyse des contre-discours militants (2006-2010) », Semen 39, http://journals.openedition.org/ semen/10482
LE BLANC Guillaume, 2007, “ Vies ordinaires, vies précaires”, Paris, Seuil.
LE BLANC Guillaume, 2009, “L’invisibilité sociale”, Paris PUF.
LE MONDE, 02.02.2017, « Paroles de sans-voix, un projet original », https://www.lemonde.fr/paroles-de- sans-voix/article/2017/02/02/paroles-de-sans-voix-un-projet-original50735465062434.html

MAILLARD Nathalie, 2011, La vulnérabilité, une nouvelle catégorie morale ?, Genève, Labor et Fides.
NÉE Emilie, PUGNIERE-SAAVEDRA Frédéric, HARTMANN Fernando, 2016, «“exclu”. Une analyse de discours d’entretiens auprès de personnes “sans domicile fixe” »), in Glaucia Lara et Limberti Rita, Les représentations discursives de l’autre, vol. 2, Sao Paulo: Contexto.
NSAFOU Laura, 2018, Comme un million de papillons Noirs , Cambourakis, Collection : Sorcières, Paris. PAVEAU Marie-Anne, 2016, « Parler du burkini sans les concernées. De l’énonciation ventriloque », La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/4734
PAVEAU Marie-Anne, 2017, « Le discours des locuteurs vulnérables. Proposition théorique et politique », Cadernos de Linguagem e Sociedade, 18(1), p. 135-157.
PAYET Jean-Paul, 2011, « L’enquête sociologique et les acteurs faibles », SociologieS [En ligne], http:// journals.openedition.org/sociologies/3629
PAYET Jean-Paul. et al, (dir.), 2008, La voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, PUR.
PUIG DE LA BELLACASA M., 2008, Politiques féministes et construction des savoirs, Paris, L’Harmattan. RABATEL Alain, 2016, « Analyse de discours et inégalités sociales: de l’empathie pour les invisibles à l’engagement pour le commun », Revista de Estudos da Linguagem, Belo Horizonte, 26-3, p. 757-788. SIMÉANT Johanna, 1998, La Cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences po.
SPIVAK Gayatri Chakravorty, 2006 [1988], Les subalternes peuvent-elles parler ?, trad. Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.
THOMAS Hélène, 2008, « Vulnérabilité, fragilité, précarité, résilience, etc. De l’usage et de la traduction de notions éponges en sciences de l’homme et de la vie », Recueil Alexandries, Collections Esquisses, http:// www.reseau-terra.eu/article697.html
THOMAS Hélène, 2010, La vulnérabilité. La démocratie contre les pauvres, Paris, Éditions du Croquant. TOURETTE-TURGIS Catherine, THIEVENAZ Joris, 2012, « La reconnaissance du pouvoir d’agir des sujets vulnérables : un enjeu pour les sciences sociales », Le sujet dans la cité 3, p. 139-151.

4. Calendrier et contacts

Calendrier

envoi d’une proposition d’article (prénom, nom, statut, coordonnées de rattachement, titre, résumé de 5000 signes maximum, 10 références bibliographiques maximum, 5 mots clés aux trois adresses ci-dessous) : 15 décembre 2018
réponse des coordinatrices : 1er janvier 2019
envoi de la première version de l’article : 1er avril 2019
envoi de la version définitive révisée : 1er juin 2019
publication du numéro : 1er juillet 2019
Contacts pour l’envoi des propositions et toute correspondance sur le numéro

Format et adresses d’envoi

Envoyer prénom, nom, statut, coordonnées de rattachement, titre, résumé de 5000 signes maximum, 10 références bibliographiques maximum, 5 mots clés aux trois adresses suivantes :

Yosra Ghliss : yosra.ghliss17@gmail.com
ma.paveau@orange.fr
ruchon@free.fr
Dynamiques discursives de la vulnérabilité (Revue Signes, Discours et Société)

 

 

 

“Allez !”, l’interjection de l’adhésion

C’est par ce petit mot que j’ai été accueillie à mon arrivée à Montpellier voici trois ans, par cette interjection sans prétention issue d’un verbe ordinaire et patiné par l’usage : “allez !”.

  1. Un mot adapté à des situations de demande ou de mouvement

La toute première fois que j’ai repéré sa joviale sonorité, c’était sur la terrasse baignée de lumière d’un restaurant proche de chez moi. J’ai cru à un tic langagier, à un hapax de la bonne humeur, suscité par l’euphorie d’un rayon de soleil, mais le phénomène s’est reproduit trop souvent pour que je l’ignore. Je l’entendis ensuite à l’ombre du comptoir de cuivre d’une des rares brasseries de la ville, de celles qui me rappellent les brasseries du Paris que je laissais derrière moi. Dès lors, je n’ai cessé de le guetter et de le savourer comme une friandise linguistique. Il surgit dans les cafés, dans les kiosques à journaux, dans les magasins, mais aussi hors des situations commerciales. A la mairie où je faisais refaire mon passeport. Dans un centre médico-social, ponctué d’un souriant “Avec plaisir”. Dans des situations amicales, à l’évocation d’un projet de promenade ou de sortie. L’hapax du début s’est avéré être une habitude langagière répandue, mais dont les locuteurs ne semblent pas avoir conscience. Par son caractère désémantisé et figé, il s’apparente aux interjections. Mon objet n’est pas ici de faire entrer allez dans une taxinomie grammaticale, et l’on trouvera simplement ici  la dénomination d’exclamation lorsque le terme est considéré sous sa dimension affective, ou d’interjection lorsque l’accent est porté sur l’aspect lexicalisé.

Ce mot-phrase, au même titre que oui ou non, constitue un tour de parole réactif qui s’enchaîne à une demande formulée dans le tour initial. Comme oui ou non, ce discours minimaliste est reproductible à X situations. Mais plus précisément, à des situations de demande qui vont susciter un mouvement chez l’interlocuteur/trice.

2. Des faux airs d’impératif

Sans le son, cela n’a l’air de rien, mais avec l’accentuation sur le [a] et l’envolée légère du [le], c’est un souffle de bonne humeur qui s’échappe de cette interjection qui n’a de l’impératif que la forme grammaticale. En effet, il n’y a pas d’allongement du noyau syllabique [e] qui marquerait l’incitation. Pas non plus de modalité phrastique exclamative. Au contraire, allez se démarque des imprécations par sa modalité assertive. Notons d’ailleurs que selon Rys, l’exclamation est une assertion non stabilisée : 

“l’intensité qui caractérise les énoncés exclamatifs est l’effet de l’instabilité fondamentale de ce qui est ‘asserté’ : le degré est tel qu’il échappe à tout repère stable, c’est précisément parce qu’il se soustrait à toute stabilité qu’il est compris comme étant extrême” (Rys 2006 : 219-220).

Ce n’est d’ailleurs pas le seul cas où allez n’agit pas comme “impératif pur” ainsi que le remarque Laurent Fauré dans sa thèse sur l’interjection :

Si allez permet de clôturer l’échange de manière consensuelle (prépare le départ puis couplé avec au revoir), ce n’est pas comme impératif pur (ce qui le situerait hors co-énonciation, son support étant réduit au seul locuteur) relevant par conséquent de la modalité déontique. En fait, un peu comme le tu vois (déclaratif et donc ontique) la marque de deuxième personne tend à une stratégie persuasive. (Fauré 2014 : 320)

Robert Martin a évoqué la dégénérescence de Allons qui “ne possède plus rien ou presque du verbe aller” (Martin 1987 : 504). La forme allez dans ces contextes n’est pas totalement désémantisée. Elle conserve l’idée de dynamisme et de mouvement inhérente au verbe aller. S’il reste une trace d’injonction dans cet allez, elle est réflexive et ne concerne que l’énonciateur/trice (voir point 5). La forme est néanmoins bel et bien orientée vers l’interlocuteur/trice, mais en tant que bénéficiaire de ce dynamisme. Allez est une forme de l’interlocution, tout comme d’autres expressions phatiques (Jakobson 1963 : 216-217) telles que allo. Toujours selon Laurent Fauré (citant Danon-Boileau & Morel 1995), certaines de ces formes peuvent être lues en indices de cohérence discursive qui redéfinissent l’état de la co-énonciation avec à la deuxième personne une recherche de consensualité (Fauré 2014 : 320). Dans leur étude sur l’impératif, Laurent Danon-Boileau, Mary-Annick Morel et Isabelle Perrin commentent ainsi l’usage des formes figées de l’impératif en français contemporain (telles que allez, attends, attendez, avoue, crois-moi, dis, dis donc, dites-moi, etc.) : 

Avec la deuxième personne (va! allez! voyez!) l’énoncé se fait plus persuasif, il témoigne de plus de sollicitude à l’égard de l’autre : il y a recherche d’une forme de consensualité, alors que l’emploi de la première personne (allons! voyons!) exprime plutôt la désapprobation du locuteur face à la situation : il y a soulignement d’une discordance. (Danon-Boileau, Morel & Perrin 1992 : en ligne)

L’intonation spécifique de allez et la gestualité qui l’accompagne (un hochement de tête suivi du départ de l’énonciateur/trice et/ou de l’action de sa part) marquent sa différence. La personne qui énonce allez aurait tout aussi bien pu opter pour un marqueur de l’accord neutralisé, telle que “oui”. L’énoncé allez apporte un supplément phatique, il renforce la relation avec le destinataire, en le rassurant et en le confortant dans sa demande, et s’assimile alors à un mot-phrase affectif (Tesnière 1988 [1959] : 98). Cela est confirmé par la locution qui parfois l’accompagne, avec plaisir, et qui confirme sans la modifier la valeur d’adhésion de allez . La frontière entre les deux ponctuants est nettement marquée par une pause. On peut donc considérer que allez appartient à la classe des “interjections vocaliques parfaitement isolées” et dont la présence ne modifie pas le second ponctuant (Fauré 2014 : 347). 

3. Un mot résomptif et conclusif

Allez réfère à la demande qui vient d’être effectuée. Cette anaphore résomptive a une valeur conclusive et n’attend pas de réponse. Elle évite au locuteur un long développement (“je vais aller chercher votre café”, “je vais effectuer la démarche administrative pour laquelle vous me sollicitez”) tout en signalant à l’interloteur/trice qu’il/elle a bien été entendu·e. La prophrase allez est cependant tout à fait nécessaire à la situation car il permet à son énonciateur/trice de quitter la scène de communication pour effectuer l’action sans mettre en mots ce qui va suivre. L’interjection allez clôt le dialogue, rendant inutile tout autre métadiscours. Cette forme où le pronom personnel est absent n’assigne pas au destinataire le statut d’argument dans une relation prédicative ontiquement validée (Danon-Boileau et al 1991).

Cependant, allez ne marque pas une clôture définitive car l’interaction va se poursuivre entre les deux participants. Dans certains cas d’ailleurs, l’énonciateur/trice de allez ne s’absente pas (lorsque la demande peut être exécutée sur place, dans le cas des situations administratives par exemple). Cela montre que allez est tout autant une réaction à la situation qu’à un propos verbal. Erving Goffman (1987 : 105, 117) et Oswald Ducrot (1980 : 162) ont tous deux démontré cette propriété des exclamations. C’est sur l’exemple de Eh bien que s’appuie Oswald Ducrot :

“Le locuteur réagit à [la situation] S en disant : Eh bien Q. […] Q est une suite” : c’est  S qui a entraîné Q.” (Ducrot 1980 : 162). 

Cependant, au contraire de eh bien (Ducrot 1980 : 182) , allez ne met pas l’allocutaire en demeure de répondre. Sa vocation n’est pas argumentative mais pragmatique et communicationnelle. 

4. Allez, entre l’adresse et le soliloque     

La conception interactionniste suppose que “toute énonciation est ou bien une déclaration qui établit les paroles du locuteur suivant comme étant une réplique, ou bien une réplique à ce que le locuteur vient d’établir, ou encore un mélange des deux”, ainsi que le remarque Goffman dans le chapitre qu’il consacre aux exclamations (Goffman 1987 : 85). Les énonciations ne fonctionneraient donc pas de manière autonome mais sous forme d’échanges bipartites. Cependant, poursuit Goffman, certaines d’entre elles produisent “des effets de communication mais pas de dialogue” (ibid.). C’est le cas de allez qui comme on vient de le voir occupe une fonction de “demi-clôture”. Goffman mentionne certains énoncés qui s’excluent partiellement de l’échange interactionnel à proprement parler, comme les énoncés de sidération à l’annonce d’un décès (“Je n’arrive pas le croire”) (Goffman 1987 citant Sudnow  : 67), les énoncés de colère des automobilistes (Goffman 1987 : 100), le cri que nous arrache une porte se fermant devant nous (op. cit. : 106), lorsqu’un orateur perd le fil  de son discours et s’admoneste (op. cit. : 99), ou encore lorsque l’on prend par erreur un objet appartenant à quelqu’un d’autre (un manteau trop ressemblant par exemple) et qu’on le repose en se parlant à soi-même (“ah je me trompe”, “mais qu’est-ce que je fais ?”) afin d’anticiper toute accusation de vol. Ces remarques, énoncés de parade (op. cit. : 96-101) ou de sidération, n’attendent pas de réponse.

Le caractère situationnel relève alors de deux ordres : 

  • situations de désaccord et de surprise/consternation 
  • situations d’accord (ce qui est le cas dans l’exemple de allez)

Allez n’est pas une exclamation, au sens où celle-ci marquerait une situation inattendue (Fauré 2014 : 158) mais un énoncé qui s’insère dans un échange ritualisé que seul un non francophone peinerait à décrypter. Certes Q remplace un énoncé plus attendu (du type « je vais chercher votre commande », énoncé virtuel que Ducrot (1980 : 162) nomme Q’), mais l’interprétant n’a aucune peine à attribuer une signification d’accord à Q. Le soliloque semble ainsi marquer une (non)emprise sur une situation. La situation dans le cas étudié ici n’est pas inattendue. Au contraire des exclamations qui marquent le “déphasage situationnel” du sujet se trouvant dans une situation inattendue (Fauré 2014 : 158), allez permet de marquer l’adéquation à la situation (au contraire d’un “bordel !” qui marquerait l’inadéquation entre l’énonciateur/trice et la situation). L’exclamation se présente comme l’expression d’une réponse à l’énonciation mais aussi à la situation (Ducrot 1972, Goffman 1981). Dans la situation où se présente allez, l’énonciateur/trice marque par cet énoncé qu’il/elle est la personne de la situation et qu’il/elle prend en charge la suite des événements.

Pourquoi recourir à ce mot-phrase que l’on pourrait remplacer dans ces situations par un énoncé propositionnel du type “Je vais vous chercher ça” ou “je m’occupe de vous” ? C’est que la forme interjective (au sens désémantisée) permet de libérer l’allocutaire d’une obligation de réponse et de remerciement. Elle autorise l’allocutaire à n’être que auditeur/trice (voir à ce sujet l’exemple du plombier donné par Goffman 1987 : 116). Cela est encore plus frappant quand “allez” est suivi de “avec plaisir” où le second élément répond à un remerciement virtuel.

5. Une expression réflexive marquant le passage à l’action

L’adresse de allez est double : le co-énonciateur/trice et l’énonciateur/trice. Le mot s’inscrit bien dans l’échange, il réfère aux tours de parole précédents, mais il s’adresse aussi réflexivement à l’énonciateur/trice qui le prononce. Il s’agit d’un soliloque au sens où Goffman (92) le définit, d’un soliloque qui ne contrevient pas aux règles de la situation sociale (Goffman 1987 : 91, 98)  car il conserve une portée interactive par son caractère résomptif et conclusif. Il n’est donc pas “socialement inconvenant” (op. cit. : 92). Et surtout, ce “dernier mot” (op. cit. : 101) permet de “produire du mouvement”, comme dans toutes les situations où l’on s’interroge, où l’on s’automotive, où l’on s’ordonne à soi-même (op. cit. : 87). La potentialité injonctive de allez est orientée vers l’énonciateur qui s’encourage à effectuer l’action, tout en signalant à l’interlocuteur/trice son accord avec sa demande.                

Dans ces contextes, allez est donc un marqueur d’adhésion auquel s’ajoute une valeur interactive de dynamisme. La personne qui l’énonce, dans un contexte de restauration par exemple, affirme l’absence de contestation. Tout en s’inscrivant dans l’échange verbal, allez marque davantage une étape intermédiaire entre deux situations, étape qui nécessite une action (aller chercher une commande, effectuer une démarche administrative). L’interjection motive son énonciateur/trice à effectuer l’action, elle précède l’action (aller chercher le café, enregistrer la commande, effectuer la démarche administrative, etc.). C’est l’une des propriétés des interjections, qui précèdent, suivent ou ponctuent une action ou un événement (les interjections de douleur par exemple). S’il y a injonction, elle est réflexive.   

Conclusion

Pour conclure, allez a une triple fonction : interlocutive (sur le plan strictement conversationnel, il s’agit d’une réplique à une demande), économique (il condense une proposition et évite à l’allocutaire de répondre),  phatique (sur le plan de la communication, maintien de la communication en vue d’un départ imminent de l’allocutaire ou transition entre deux étapes de l’échange [écoute et action]). Mais ce qui domine ces aspects fonctionnels, c’est la valeur d’adhésion (à la demande formulée), qui en fait ce que Oswald Ducrot nomme un “acte d’expression”. L’adhésion n’est pas “dite” mais “jouée”, “en ce sens que l’énonciation est donnée comme son effet : selon une métaphore banale, mais éclairante, le locuteur se présente comme ‘parlant avec son cœur'” (Ducrot 1983 : 95). Claudine Olivier (1986 : 18) note  aussi que l’énonciateur “joue une interjection plutôt qu’il ne l’exprime”. Là où d’autres exclamations apportent une dimension émotionnelle (par exemple, la tristesse ou la joie avec “hélas” ou “chic”), allez se colore d’une connotation positive d’adhésion. De plus, cette valeur d’adhésion ne serait pas en accord avec la maxime de pertinence (Grice 1979) si l’énoncé qui l’exprime n’était pas suivi d’une action répondant à la demande. La connotation d’adhésion n’est interprétable qu’en situation, allez appartient en effet à ces énoncés situationnels qui ne prennent sens qu’en fonction d’un certain type de situations (situations de demande). Dans d’autres situations, allez reprend une valeur injonctive d’incitation à l’action dirigée vers l’allocutaire.

Quoiqu’il en soit, ce petit “allez !”  sera à jamais ma madeleine montpelliéraine. Il a la chaleur du soleil, l’image du sourire, l’accent du sud, et l’odeur du café. Aussi est-ce par lui que j’ai voulu ouvrir ce nouveau carnet de recherches. Un nouveau carnet de recherche ? Allez !

Références

DANON-BOILEAU Laurent, MOREL Marie-Annick, PERRIN Isabelle, 1992, “L’impératif en français et en anglais contemporains”, Hermès – Journal of Language and Communication in Business 5(9), [en ligne : https://tidsskrift.dk/her/article/view/21510/18961] : 157-180. 

DUCROT, 1983, “La valeur argumentative de la phrase interrogative”, dans Logique, argumentation, conversation, Actes du colloque de pragmatique, Fribourg 1981, Berlin / Francfort, Peter Lang : 79-110. 

DUCROT, 1991 [1972], Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Hermann, Paris.

FAURE Laurent, 2014, Pourquoi pousser des oh et des ah ? Les fonctionnements interjectifs à l’oral : de la grammaire à l’approche interactionnelle. L’exemple des interjections vocaliques en situation de procédure de service, Thèse de doctorat en Sciences du langage (dir. J. Brès), soutenue à Montpellier 3.

GOFFMAN Erving, 1987 [1981], Façons de parler, trad. Alain KIHM, Les Editions de Minuit.

GRICE H. Paul, 1979, “Logique et conversation”, Communications 30, [en ligne : https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1979_num_30_1_1446] : 57-72; 

JAKOBSON Roman, 1963, Essais de linguistique générale, Paris, Minuit.

MARTIN Robert, 1987, “Quelques remarques sur la sémantique de la phrase exclamative”, Revue des études slaves, tome 59, fascicule 3 : En hommage à Jacques Veyrenc : Études de linguistique slave [sous la direction de Paul Garde], [en ligne : https://www.persee.fr/doc/slave_0080-2557_1987_num_59_3_5666] : 501-505.

OLIVIER Claudine, 1986,  Traitement pragmatique des interjections en français, thèse de doctorat, Toulouse.

RYS Karolien, 2006, “L’exclamation : assertion non stabilisée ? Le cas des mots en qu-“, Revue Romane 41-2 : 216-238.

TESNIERE Lucien, 1988 [1959], Éléments de syntaxe structurale, librairie Klincksieck, Paris.

Cite this article as: Ruchon Catherine, “« Allez ! », l’interjection de l’adhésion”, L’écume du discours [Carnet de recherche], publié le 08-11-2018, [https://ecumedudit.hypotheses.org/80].

L’écume du discours

Inscrit dans la discipline des sciences du langage et plus spécifiquement de l’analyse du discours, ce carnet de recherche se présente comme une agora où se discutent les faits de société et de langage. La perspective est donc discursive, avec une forte dimension sociétale et la mise en exergue de phénomènes actuels et de discours émergents, tels que les discours militants de type discours animaliste. Une attention particulière est portée sur ce qui affleure des discours, sur les tendances reflétées par les discours, et corrélativement sur les discours suscités par ces courants très divers (spécisme, animalisme, veganisme, interactivité, démocratie participative, pédagogie numérique, cuisine moléculaire, etc.). La question de la nomination est centrale à ces problématiques. Les thèmes de recherche abordés sont variés, de l’analyse de discours numérique à celle du discours animal, en passant par la linguistique populaire ou l’éthique, ou bien encore l’identité en discours. Les corpus sont envisagés dans leur plurisémioticité (prise en compte de l’image, de l’objet et des différents aspects contextuels). Le foisonnement des discours constitue une ressource stimulante pour l’analyse.

Je conçois l’écriture comme un acte singulier et collectif qui se déroule dans le temps, aussi mes billets seront-ils soumis à des modifications qui répondront à d’éventuels commentaires ou à l’avancée de mes recherches.