“Allez !”, l’interjection de l’adhésion

C’est par ce petit mot que j’ai été accueillie à mon arrivée à Montpellier voici trois ans, par cette interjection sans prétention issue d’un verbe ordinaire et patiné par l’usage : “allez !”.

  1. Un mot adapté à des situations de demande ou de mouvement

La toute première fois que j’ai repéré sa joviale sonorité, c’était sur la terrasse baignée de lumière d’un restaurant proche de chez moi. J’ai cru à un tic langagier, à un hapax de la bonne humeur, suscité par l’euphorie d’un rayon de soleil, mais le phénomène s’est reproduit trop souvent pour que je l’ignore.

Je l’entendis ensuite à l’ombre du comptoir de cuivre d’une des rares brasseries de la ville, de celles qui me rappellent les brasseries du Paris que je laissais derrière moi. Dès lors, je n’ai cessé de le guetter et de le savourer comme une friandise linguistique. Il surgit dans les cafés, dans les kiosques à journaux, dans les magasins, mais aussi hors des situations commerciales. A la mairie où je faisais refaire mon passeport. Dans un centre médico-social, ponctué d’un souriant “Avec plaisir”. Dans des situations amicales, à l’évocation d’un projet de promenade ou de sortie. L’hapax du début s’est avéré être une habitude langagière répandue, mais dont les locuteurs ne semblent pas avoir conscience. Par son caractère désémantisé et figé, il s’apparente aux interjections. Mon objet n’est pas ici de faire entrer allez dans une taxinomie grammaticale, et l’on trouvera simplement ici  la dénomination d’exclamation lorsque le terme est considéré sous sa dimension affective, ou d’interjection lorsque l’accent est porté sur l’aspect lexicalisé.

Ce mot-phrase, au même titre que oui ou non, constitue un tour de parole réactif qui s’enchaîne à une demande formulée dans le tour initial. Comme oui ou non, ce discours minimaliste est reproductible à X situations. Mais plus précisément, à des situations de demande qui vont susciter un mouvement chez l’interlocuteur/trice.

2. Des faux airs d’impératif

Sans le son, cela n’a l’air de rien, mais avec l’accentuation sur le [a] et l’envolée légère du [le], c’est un souffle de bonne humeur qui s’échappe de cette interjection qui n’a de l’impératif que la forme grammaticale. En effet, il n’y a pas d’allongement du noyau syllabique [e] qui marquerait l’incitation. Pas non plus de modalité phrastique exclamative. Au contraire, allez se démarque des imprécations par sa modalité assertive. Notons d’ailleurs que selon Rys, l’exclamation est une assertion non stabilisée : 

“l’intensité qui caractérise les énoncés exclamatifs est l’effet de l’instabilité fondamentale de ce qui est ‘asserté’ : le degré est tel qu’il échappe à tout repère stable, c’est précisément parce qu’il se soustrait à toute stabilité qu’il est compris comme étant extrême” (Rys 2006 : 219-220).

Ce n’est d’ailleurs pas le seul cas où allez n’agit pas comme “impératif pur” ainsi que le remarque Laurent Fauré dans sa thèse sur l’interjection :

Si allez permet de clôturer l’échange de manière consensuelle (prépare le départ puis couplé avec au revoir), ce n’est pas comme impératif pur (ce qui le situerait hors co-énonciation, son support étant réduit au seul locuteur) relevant par conséquent de la modalité déontique. En fait, un peu comme le tu vois (déclaratif et donc ontique) la marque de deuxième personne tend à une stratégie persuasive. (Fauré 2014 : 320)

Robert Martin a évoqué la dégénérescence de Allons qui “ne possède plus rien ou presque du verbe aller” (Martin 1987 : 504). La forme allez dans ces contextes n’est pas totalement désémantisée. Elle conserve l’idée de dynamisme et de mouvement inhérente au verbe aller. S’il reste une trace d’injonction dans cet allez, elle est réflexive et ne concerne que l’énonciateur/trice (voir point 5). La forme est néanmoins bel et bien orientée vers l’interlocuteur/trice, mais en tant que bénéficiaire de ce dynamisme. Allez est une forme de l’interlocution, tout comme d’autres expressions phatiques (Jakobson 1963 : 216-217) telles que allo. Toujours selon Laurent Fauré (citant Danon-Boileau & Morel 1995), certaines de ces formes peuvent être lues en indices de cohérence discursive qui redéfinissent l’état de la co-énonciation avec à la deuxième personne une recherche de consensualité (Fauré 2014 : 320). Dans leur étude sur l’impératif, Laurent Danon-Boileau, Mary-Annick Morel et Isabelle Perrin commentent ainsi l’usage des formes figées de l’impératif en français contemporain (telles que allez, attends, attendez, avoue, crois-moi, dis, dis donc, dites-moi, etc.) : 

Avec la deuxième personne (va! allez! voyez!) l’énoncé se fait plus persuasif, il témoigne de plus de sollicitude à l’égard de l’autre : il y a recherche d’une forme de consensualité, alors que l’emploi de la première personne (allons! voyons!) exprime plutôt la désapprobation du locuteur face à la situation : il y a soulignement d’une discordance. (Danon-Boileau, Morel & Perrin 1992 : en ligne)

L’intonation spécifique de allez et la gestualité qui l’accompagne (un hochement de tête suivi du départ de l’énonciateur/trice et/ou de l’action de sa part) marquent sa différence. La personne qui énonce allez aurait tout aussi bien pu opter pour un marqueur de l’accord neutralisé, telle que “oui”. L’énoncé allez apporte un supplément phatique, il renforce la relation avec le destinataire, en le rassurant et en le confortant dans sa demande, et s’assimile alors à un mot-phrase affectif (Tesnière 1988 [1959] : 98). Cela est confirmé par la locution qui parfois l’accompagne, avec plaisir, et qui confirme sans la modifier la valeur d’adhésion de allez . La frontière entre les deux ponctuants est nettement marquée par une pause. On peut donc considérer que allez appartient à la classe des “interjections vocaliques parfaitement isolées” et dont la présence ne modifie pas le second ponctuant (Fauré 2014 : 347). 

3. Un mot résomptif et conclusif

Allez réfère à la demande qui vient d’être effectuée. Cette anaphore résomptive a une valeur conclusive et n’attend pas de réponse. Elle évite au locuteur un long développement (“je vais aller chercher votre café”, “je vais effectuer la démarche administrative pour laquelle vous me sollicitez”) tout en signalant à l’interloteur/trice qu’il/elle a bien été entendu·e. La prophrase allez est cependant tout à fait nécessaire à la situation car il permet à son énonciateur/trice de quitter la scène de communication pour effectuer l’action sans mettre en mots ce qui va suivre. L’interjection allez clôt le dialogue, rendant inutile tout autre métadiscours. Cette forme où le pronom personnel est absent n’assigne pas au destinataire le statut d’argument dans une relation prédicative ontiquement validée (Danon-Boileau et al 1991).

Cependant, allez ne marque pas une clôture définitive car l’interaction va se poursuivre entre les deux participants. Dans certains cas d’ailleurs, l’énonciateur/trice de allez ne s’absente pas (lorsque la demande peut être exécutée sur place, dans le cas des situations administratives par exemple). Cela montre que allez est tout autant une réaction à la situation qu’à un propos verbal. Erving Goffman (1987 : 105, 117) et Oswald Ducrot (1980 : 162) ont tous deux démontré cette propriété des exclamations. C’est sur l’exemple de Eh bien que s’appuie Oswald Ducrot :

“Le locuteur réagit à [la situation] S en disant : Eh bien Q. […] Q est une suite” : c’est  S qui a entraîné Q.” (Ducrot 1980 : 162). 

Cependant, au contraire de eh bien (Ducrot 1980 : 182) , allez ne met pas l’allocutaire en demeure de répondre. Sa vocation n’est pas argumentative mais pragmatique et communicationnelle. 

4. Allez, entre l’adresse et le soliloque     

La conception interactionniste suppose que “toute énonciation est ou bien une déclaration qui établit les paroles du locuteur suivant comme étant une réplique, ou bien une réplique à ce que le locuteur vient d’établir, ou encore un mélange des deux”, ainsi que le remarque Goffman dans le chapitre qu’il consacre aux exclamations (Goffman 1987 : 85). Les énonciations ne fonctionneraient donc pas de manière autonome mais sous forme d’échanges bipartites. Cependant, poursuit Goffman, certaines d’entre elles produisent “des effets de communication mais pas de dialogue” (ibid.). C’est le cas de allez qui comme on vient de le voir occupe une fonction de “demi-clôture”. Goffman mentionne certains énoncés qui s’excluent partiellement de l’échange interactionnel à proprement parler, comme les énoncés de sidération à l’annonce d’un décès (“Je n’arrive pas le croire”) (Goffman 1987 citant Sudnow  : 67), les énoncés de colère des automobilistes (Goffman 1987 : 100), le cri que nous arrache une porte se fermant devant nous (op. cit. : 106), lorsqu’un orateur perd le fil  de son discours et s’admoneste (op. cit. : 99), ou encore lorsque l’on prend par erreur un objet appartenant à quelqu’un d’autre (un manteau trop ressemblant par exemple) et qu’on le repose en se parlant à soi-même (“ah je me trompe”, “mais qu’est-ce que je fais ?”) afin d’anticiper toute accusation de vol. Ces remarques, énoncés de parade (op. cit. : 96-101) ou de sidération, n’attendent pas de réponse.

Le caractère situationnel relève alors de deux ordres : 

  • situations de désaccord et de surprise/consternation 
  • situations d’accord (ce qui est le cas dans l’exemple de allez)

Allez n’est pas une exclamation, au sens où celle-ci marquerait une situation inattendue (Fauré 2014 : 158) mais un énoncé qui s’insère dans un échange ritualisé que seul un non francophone peinerait à décrypter. Certes Q remplace un énoncé plus attendu (du type « je vais chercher votre commande », énoncé virtuel que Ducrot (1980 : 162) nomme Q’), mais l’interprétant n’a aucune peine à attribuer une signification d’accord à Q. Le soliloque semble ainsi marquer une (non)emprise sur une situation. La situation dans le cas étudié ici n’est pas inattendue. Au contraire des exclamations qui marquent le “déphasage situationnel” du sujet se trouvant dans une situation inattendue (Fauré 2014 : 158), allez permet de marquer l’adéquation à la situation (au contraire d’un “bordel !” qui marquerait l’inadéquation entre l’énonciateur/trice et la situation). L’exclamation se présente comme l’expression d’une réponse à l’énonciation mais aussi à la situation (Ducrot 1972, Goffman 1981). Dans la situation où se présente allez, l’énonciateur/trice marque par cet énoncé qu’il/elle est la personne de la situation et qu’il/elle prend en charge la suite des événements.

Pourquoi recourir à ce mot-phrase que l’on pourrait remplacer dans ces situations par un énoncé propositionnel du type “Je vais vous chercher ça” ou “je m’occupe de vous” ? C’est que la forme interjective (au sens désémantisée) permet de libérer l’allocutaire d’une obligation de réponse et de remerciement. Elle autorise l’allocutaire à n’être que auditeur/trice (voir à ce sujet l’exemple du plombier donné par Goffman 1987 : 116). Cela est encore plus frappant quand “allez” est suivi de “avec plaisir” où le second élément répond à un remerciement virtuel.

5. Une expression réflexive marquant le passage à l’action

L’adresse de allez est double : le co-énonciateur/trice et l’énonciateur/trice. Le mot s’inscrit bien dans l’échange, il réfère aux tours de parole précédents, mais il s’adresse aussi réflexivement à l’énonciateur/trice qui le prononce. Il s’agit d’un soliloque au sens où Goffman (92) le définit, d’un soliloque qui ne contrevient pas aux règles de la situation sociale (Goffman 1987 : 91, 98)  car il conserve une portée interactive par son caractère résomptif et conclusif. Il n’est donc pas “socialement inconvenant” (op. cit. : 92). Et surtout, ce “dernier mot” (op. cit. : 101) permet de “produire du mouvement”, comme dans toutes les situations où l’on s’interroge, où l’on s’automotive, où l’on s’ordonne à soi-même (op. cit. : 87). La potentialité injonctive de allez est orientée vers l’énonciateur qui s’encourage à effectuer l’action, tout en signalant à l’interlocuteur/trice son accord avec sa demande.                

Dans ces contextes, allez est donc un marqueur d’adhésion auquel s’ajoute une valeur interactive de dynamisme. La personne qui l’énonce, dans un contexte de restauration par exemple, affirme l’absence de contestation. Tout en s’inscrivant dans l’échange verbal, allez marque davantage une étape intermédiaire entre deux situations, étape qui nécessite une action (aller chercher une commande, effectuer une démarche administrative). L’interjection motive son énonciateur/trice à effectuer l’action, elle précède l’action (aller chercher le café, enregistrer la commande, effectuer la démarche administrative, etc.). C’est l’une des propriétés des interjections, qui précèdent, suivent ou ponctuent une action ou un événement (les interjections de douleur par exemple). S’il y a injonction, elle est réflexive.   

Conclusion

Pour conclure, allez a une triple fonction : interlocutive (sur le plan strictement conversationnel, il s’agit d’une réplique à une demande), économique (il condense une proposition et évite à l’allocutaire de répondre),  phatique (sur le plan de la communication, maintien de la communication en vue d’un départ imminent de l’allocutaire ou transition entre deux étapes de l’échange [écoute et action]). Mais ce qui domine ces aspects fonctionnels, c’est la valeur d’adhésion (à la demande formulée), qui en fait ce que Oswald Ducrot nomme un “acte d’expression”. L’adhésion n’est pas “dite” mais “jouée”, “en ce sens que l’énonciation est donnée comme son effet : selon une métaphore banale, mais éclairante, le locuteur se présente comme ‘parlant avec son cœur'” (Ducrot 1983 : 95). Claudine Olivier (1986 : 18) note  aussi que l’énonciateur “joue une interjection plutôt qu’il ne l’exprime”. Là où d’autres exclamations apportent une dimension émotionnelle (par exemple, la tristesse ou la joie avec “hélas” ou “chic”), allez se colore d’une connotation positive d’adhésion. De plus, cette valeur d’adhésion ne serait pas en accord avec la maxime de pertinence (Grice 1979) si l’énoncé qui l’exprime n’était pas suivi d’une action répondant à la demande. La connotation d’adhésion n’est interprétable qu’en situation, allez appartient en effet à ces énoncés situationnels qui ne prennent sens qu’en fonction d’un certain type de situations (situations de demande). Dans d’autres situations, allez reprend une valeur injonctive d’incitation à l’action dirigée vers l’allocutaire.

Quoiqu’il en soit, ce petit “allez !”  sera à jamais ma madeleine montpelliéraine. Il a la chaleur du soleil, l’image du sourire, l’accent du sud, et l’odeur du café. Aussi est-ce par lui que j’ai voulu ouvrir ce nouveau carnet de recherches. Un nouveau carnet de recherche ? Allez !

Références

DANON-BOILEAU Laurent, MOREL Marie-Annick, PERRIN Isabelle, 1992, “L’impératif en français et en anglais contemporains”, Hermès – Journal of Language and Communication in Business 5(9), [en ligne : https://tidsskrift.dk/her/article/view/21510/18961] : 157-180. 

DUCROT, 1983, “La valeur argumentative de la phrase interrogative”, dans Logique, argumentation, conversation, Actes du colloque de pragmatique, Fribourg 1981, Berlin / Francfort, Peter Lang : 79-110. 

DUCROT, 1991 [1972], Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Hermann, Paris.

FAURE Laurent, 2014, Pourquoi pousser des oh et des ah ? Les fonctionnements interjectifs à l’oral : de la grammaire à l’approche interactionnelle. L’exemple des interjections vocaliques en situation de procédure de service, Thèse de doctorat en Sciences du langage (dir. J. Brès), soutenue à Montpellier 3.

GOFFMAN Erving, 1987 [1981], Façons de parler, trad. Alain KIHM, Les Editions de Minuit.

GRICE H. Paul, 1979, “Logique et conversation”, Communications 30, [en ligne : https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1979_num_30_1_1446] : 57-72; 

JAKOBSON Roman, 1963, Essais de linguistique générale, Paris, Minuit.

MARTIN Robert, 1987, “Quelques remarques sur la sémantique de la phrase exclamative”, Revue des études slaves, tome 59, fascicule 3 : En hommage à Jacques Veyrenc : Études de linguistique slave [sous la direction de Paul Garde], [en ligne : https://www.persee.fr/doc/slave_0080-2557_1987_num_59_3_5666] : 501-505.

OLIVIER Claudine, 1986,  Traitement pragmatique des interjections en français, thèse de doctorat, Toulouse.

RYS Karolien, 2006, “L’exclamation : assertion non stabilisée ? Le cas des mots en qu-“, Revue Romane 41-2 : 216-238.

TESNIERE Lucien, 1988 [1959], Éléments de syntaxe structurale, librairie Klincksieck, Paris.

Cite this article as: Ruchon Catherine, “« Allez ! », l’interjection de l’adhésion”, L’écume du discours [Carnet de recherche], publié le 08-11-2018, [https://ecumedudit.hypotheses.org/80].


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.