L’insoumission linguistique

katrina inspirée par cy twombly

 

Université Paris 13. Conférence invitée de Catherine RUCHON, Universités Paris 13/Paul-Valéry Montpellier 3, EA 7338 Pléiade, France

 

 

Université Paris 13 – Master LEDILANGT SDL-SPC : M2 2019-2020

Séminaire Marie-Anne PAVEAU

Théories du discours. Notions, méthodes, pratiques

Thème 2019-2010Éthique et politique du discours

Mardi 13h30-15h00, UFR LLSHS, salle D 300

Peut-on s’opposer à la norme langagière ? C’est la question que j’ai souhaité poser dans le cadre de ce séminaire sur les théories du discours qui avait pour thèmeÉthique et politique du discours”. Dans quelle mesure le produser (Bruns 2008) de la langue peut-il imposer ses choix discursifs, réfuter des usages linguistiques, ou en revendiquer de nouveaux ? Avec quels moyens? Pour y répondre, on s’appuiera sur des faits de nomination où les agents semblent défier le système.

Il y a différents moyens de marquer son insoumission linguistique : mises en mention (guillemets), discours rapporté, périphrase définitionnelle, modalisation autonymique, calembour, troncation, réduplication syllabique, mot-valise, etc. Cela porte généralement sur des faits de nomination. Il est rare que les locuteurs s’inscrivent en faux contre une forme syntaxique. Je m’intéresse donc ici en particulier à des phénomènes de (re)nomination, de néologie, d’appropriation, de resignification, de resémantisation, qui se produisent dans des contextes de mouvements sociaux, de remise en question d’un certain état du monde. Ces contextes amènent à des manifestations d’insoumission linguistique, que j’ai classées en deux catégories qui renvoient à une distorsion entre le monde et la langue, et à la relation entre le langage et la morale  :

1/ les mots / expressions considérés comme inajusté·e·s à la « réalité » qu’ils représentent car posant un problème moral, porteurs d’une domination, discriminants, marquant une position surplombante (noms de métier au masculin ; prostitué, nègre ; SDF, handicapé ; personne vulnérable ; gynécologue, follicule ; animal, etc.)

2/ les propositions linguistiques révélatrices de réalités non représentées par le langage (par exemple gilets jaunes, sans-culottes, parents orphelins).

PLAN DE LA CONFÉRENCE

  • 1. L’équation langage-monde-nomination
    • 1.1. Wilhelm vonHumboldt et Edward Sapir-Whorf, la « vision du monde »
    • 1.2. Robert Lafont et la praxématique
    • 1.3. Nelson Goodman et la construction des mondes
    • 1.4. Georges Kleiber et le constructivisme
    • 1.5. Lera Boroditsky et le point de vue cognitiviste
    • 1.6.  Exemples discursifs de constructivisme : sans-culottes et gilets jaunes
  • 2. Le fixisme linguistique : le temps et la norme
    • 2.1. à propos de la minusculisation (norme typographique)
    • 2.2. à propos de l’écriture inclusive (norme grammaticale)
  • 3. Contextes socio-historiques favorisant l’insoumission linguistique
    • 3.1. Macro-contexte. Climats insurrectionnels et révolutionnaires
    • 3.2. D’un micro-contexte à un méso-contexte : la mobilisation populaire plus discrète des parents en mal d’enfant
  • 4. Nomination et manifestations d’insoumission linguistique
    • 4.1. Action sur des termes considérés comme inajustés à la « réalité » qu’ils représentent (par reformulation partielle par substitution ou ajout, renomination et resignification en auto-désignation par inversion axiologique)
      • 4.1.1.  Reformulation partielle par substitution syntagmatique d’un des termes (sans domicile fixe et SDF vs sans abri ; personnes/gens vulnérables)
      • 4.1.2. Reformulation partielle par ajout périphrastique avec effet de précision (handicapé vs personne handicapée ou personne à mobilité réduite)
      • 4.1.3. Resignification par déformation ludique de mots porteurs d’une domination
      • 4.1.4. Resignification et appropriation de mots porteurs d’une domination (nègre, animal)
      • Resignification par axiolexémisation de animal
      • 4.2.5. Renomination par substitution complète du terme (prostitué vs travailleurs du sexe)
    • 4.3. Réalités non couvertes par la langue (lacune lexicale)
      • 4.3.1. Contestation de l’ordre établi par la référenciation (sans-culottes, gilets jaunes, impressionnistes)
      • 4.3.2. Reformulation par jeu de mots avec effet de précision (mères veilleuses, parent orphelin)
      • 4.3.3. Nomination par jeu de mot néologique basé sur la troncation et l’assemblage (parange)
      • 4.3.4. Jeu de mots (mono)sémiques  par référence à des phrasèmes (titres d’ouvrages sur le deuil)
  • 5. L'(in)soumission linguistique par la voix du législateur
  • Conclusion
    • Une créativité discursive et linguistique qui s’oppose au fixisme linguistique, à la désémantisation, à l’euphémisation, à l’énonciation ventriloque, en agissant sur le monde par et contre la langue
    • Un réajustement permanent de la relation entre le monde et le langage qui se fait par les produsers de la langue
    • Des dynamiques de la vulnérabilité aux « adhérences » de la norme et à la nécessité d’un consensus (intercompréhension)
Cite this article as: Ruchon catherine, "L’insoumission linguistique ", L'écume du discours , 04/11/2019, https://ecumedudit.hypotheses.org/2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.