[Ecole doctorale d’été] EthicHum Penser l’Ethique avec les Humanités 19-20-21 juin 2019 Site Saint-Charles

Compte-rendu de l’atelier 4 animé par Yosra Ghliss et Catherine Ruchon : D’un corpus sensible multimodal à une linguistique du care ?

L’atelier a porté sur l’analyse d’un corpus multimodal à caractère sensible sur le deuil de l’enfant, constitué de trois bioramas numériques (Ruchon 2018), désignation regroupant les documents biographiques iconiques à image statique (diaporamas) ou mobile (vidéos-témoignage et récits hybrides mélangeant diapositives et vidéo). 

L’analyse des récits de vie (Bertaux 1997), ou récits de soi, s’est développée dans les sciences sociales, s’ouvrant à de nouvelles perspectives sortant du champ de l’analyse de contenu. Le numéro de Semen, “Le récit de soi entre conformisme et émancipation” (2016) présente les « récits de soi » en tant qu’objet d’étude interdisciplinaire et par le prisme de l’analyse du discours. Le récit de soi s’entend désormais comme une ”reconstruction discursive du monde” (Guilhaumou 2004), il permet par une redistribution émotionnelle des événements de faire face au deuil et d’opérer une reconstruction identitaire (réparation, maintien de l’identité de parent/mère en dépit de la mort de l’enfant). Il ne s’agit donc pas d’une retranscription fidèle de « faits » mais de la mise en récit d’une douleur et d’une « re-qualification de la réalité sociale » (Nossik 2014). Dans ces “récits de vie numériques” (Ruchon 2018), la réalité est reconfigurée par un contexte social et par la douleur de l’individu. Certes, cette reconstruction discursive des événements douloureux n’est pas spécifique au témoignage vidéo, on la retrouve dans d’autres types de corpus, ouvrages papier, ouvrages numériques, mais la narration multimodale de ces récits écraniques favorise l’intercompréhension et garantit la réalité intersubjective de ce qui est dit (Ferry 1991). L’interaction est renforcée par le dispositif audiovisuel (adresse directe par le regard et le geste, le pleur…) et par la valeur performative de ces récits-témoignages.

La spécificité des bioramas est de raconter un événement autobiographique sous une forme audio-visuelle (-orama signifiant « vision », « spectacle »). Chacun a aujourd’hui le pouvoir de faire récit de lui-même, des événements les plus heureux ou les plus douloureux (Delory-Monberger 2009). Les internautes racontent aux autres internautes une expérience de vie douloureuse, la mort d’un enfant ou d’un animal, la fin de vie d’un proche, le mariage d’une personne se sachant condamnée. À ces témoignages audio-visuels mais aussi scripturaux (par l’inclusion d’énoncés en plan fixe évoquant les « cartons de texte » des films muets) répondent des commentaires scripturaux de la part des autres internautes. Ces dispositifs technodiscursifs permettent de questionner les relations entre les différents régimes d’expression et la place du scriptural dans cette communication multimodale. Cette typologie de récits doit être mise en parallèle avec son contexte d’apparition. La diversité de supports et cette abondance autobiographique traduit une mutation sociétale : les conditions technosociales ont favorisé l’expression de soi avec une libéralisation de la parole particulière dans les médias (depuis les premières émissions de téléréalité comme Loft Story) et avec la multiplication de forums et de blogs. La médiation influe sur le discours et amène de nouveaux genres de discours, comme le démontre Dominique Maingueneau en prenant pour exemple l’introduction du microphone dans les églises dans les années 60 et des écrans géants dans les meetings (Maingueneau, dans Dal Bo et al. 2018). Qu’il s’agisse de radio ou de vidéo numérique, le medium n’est pas simple support, il afforde des modes de narration particuliers. Ces nouveaux récits de vie contribuent à l’identité narrative (Ricœur 1990).

Le visionnage de vidéos de deuil lors de l’atelier a permis de contextualiser la notion de corpus sensible (Paveau et Perea 2015) en portant l’attention sur la relation texte-image-son, sur les marques de l’émotion telles que représentées par les corps parlant via la médiation audiovisuelle (proxémiques, mimo-gestuelles, grapho-lexicales, etc.), et sur les caractéristiques de cette interaction médiée avec les autres internautes-endeuillé·e·s. L’analyse de ces récits de vie s’est articulé autour de plusieurs catégories, notamment :

  • la vulnérabilité : définie par Axelle Brodiez-Dolino (2015, 2016), la vulnérabilité est “une catégorie analytique à part entière” qui remplace depuis les années 2000 en sociologie celle d’exclusion, plus controversé. La vulnérabilité est cette « potentialité à être blessé » (Soulet 2005 : 25), c’est une notion universelle relationnelle et contextuelle (nous ne sommes vulnérables que dans un contexte donné) et réversible (sur laquelle on peut donc agir) (Soulet 2014). La notion de vulnérabilité est centrale dans les travaux sur le care. Les parents endeuillés sont vulnérabilisés par la perte de leur enfant ainsi que de celle de leur identité de parent.
  • le care ou le  souci des autres : cette notion a été travaillée au début des années 1980 par la psychologue et philosophe féministe Carol Gilligan, puis reprise en 1992 par Joan Tronto, philosophe américaine dont les travaux ont à son tour inspiré ceux de la psychologue Pascale Molinier (2008) dans son étude des travailleuses du care dans une maison de retraite de région parisienne. Selon elle, le travail du care englobe des pratiques matérielles (passer le balai, laver les chaussettes) et d’autres plus «émotionnelles » (entrer en empathie afin d’adopter le comportement adéquat et adapté au sujet concerné). L’analyse des discours de parents endeuillés porte à la fois sur les marques de care que les parents dolents manifestent à l’égard de leurs enfants décédés afin d’agir sur leur douleur et sur la prise en compte de cette douleur par les chercheur·e·s.
  • l’émotion : le visionnage des vidéos-témoignage amène les participant·e·s à une certaine introspection via l’observation des marques de l’émotion (marques grapho-lexicales, proxémiques (position de l’internaute face à la caméra), mimo-gestuelles (expressivité visuelle et auditive du soupir, du geste, du regard), physico-chimiques (larmes), support émotionnel et analogique de la voix et du rythme, etc). L’attention est portée sur la distinction entre les marques exprimées et le ressenti (selon les catégories d’émotion éprouvée/exprimée, dénotée/connotée de Kerbrat-Orecchioni 2000), et entre les différents modes de sémiotisation selon Micheli 2014 (l’émotion dite, l’émotion montrée, l’émotion étayée). Le·la chercheur·e qui travaille sur des corpus sensible doit être le premier objet de sa recherche (Barus-Michel 1986, Costantini 2009 : 102). L’accès aux émotions d’autrui passe en effet par notre expérienciation : « Notre accès aux émotions des autres ne dépend pas d’une représentation conceptuelle de celles-ci, mais de l’expérienciation, plus ou moins directe, plus ou moins composée, etc., que l’on peut en faire. » (Auchlin 2000 : 198).
  • l’empathie : c’est la capacité à se mettre à la place de l’autre et à adopter son point de vue (sans toutefois s’identifier à l’autre, ce qui relèverait de la sympathie). Une parole incarnée (par la médiation audiovisuelle numérique) permet plus facilement aux destinataires (ratifiés ou non) d’adopter le point de vue des parents-énonciateurs et éventuellement de s’identifier à eux. La prise en compte de la corporéité dans l’énonciation amène à prendre en considération l’empathisation. Le corps du «récepteur», et donc notamment du·de la chercheur·e, entre en résonnance avec le corps de l’«émetteur» et ce phénomène («analyseur corporel»)  permet par un mécanisme de feed-back d’attribuer à autrui des états mentaux (Cosnier 2011). Cela relève du phénomène des neurones miroir : la perception d’une émotion sur un visage déclenche par le phénomène des neurones miroirs (et probablement par d’autres phénomènes) un mimétisme corporel chez l’observateur (Rizzolatti et Sinigaglia 2006). Le dispositif numérique (numérisation de l’image, montage numérique) favorise ces phénomènes de mimétisme émotionnel.  En outre, l’Internet assure l’internaute d’une large diffusion et donc d’une échoïsation amplifiée.
  • l’extimité : l’exposition de soi est favorisée par l’appareillage technodiscursif (Paveau 2014). Il est facile aujourd’hui pour les énonciateurs·trices endeuillé·e·s de réaliser et de publier des bioramas ou des témoignages télévisuels. L’évocation des accidents et des aléas de la procréation, de la maladie et du deuil pose la question des frontières entre l’espace public et l’espace privé, l’intimité et l’extimité (Lacan 1959-1960, Miller 1985-1986, Tisseron 2001 et 2011). L’extimité n’est pas contraire à l’intimité, elle se conçoit au contraire dans le rapport à l’autre : ce mouvement “qui pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime” permet de mieux se les approprier “en les intériorisant sur un autre mode grâce aux échanges qu’ils suscitent avec leurs proches” (Tisseron 2001 : 52).
  • la pathémisation : l’intime est de plus en plus exposé. L’émotion serait même voulue, il y aurait une « visée pathémique » (Charaudeau 2000). Dans le prolongement des tragédies grecques, l’apparition du privé à la télévision aurait une fonction d’identification cathartique : “La pathémisation provient ici de l’écho que ce spectacle de la souffrance individualisée peut rencontrer chez le téléspectateur et de son effet éventuellement thérapeutique. L’apparition du privé a ici une fonction d’identification cathartique.” (Charaudeau 2000 : 147). Il reste à démontrer si cette pathémisation se discerne aussi dans les discours numériques des parents endeuillés.

Comme tout spectateur·trice, le·la chercheur·e est confronté·e à l’impact émotionnel de ces récits de vie incarnés. Comment échapper au sentiment d’empathie ou de rejet déclenchée par des marques multimodales (geste, regard, etc.) ou par des signes associés à des stéréotypes socioculturels (décor de l’appartement où a été effectué l’enregistrement, tenue vestimentaire, etc.) ? Au-delà de cette question méthodologique se pose la question philosophique et morale de la recherche sensible, du positionnement du·de la chercheur·e, pris entre engagement et distanciation (Elias 1983, Hennequin 2012). 

L’objet de l’atelier était aussi de faire comprendre les enjeux de ces vidéos-témoignages,  de souligner la réversibilité de la vulnérabilité et de ses dynamiques (Ghliss, Paveau et Ruchon 2019, à paraître) où s’estompe la dichotomie chercheur·e/analysé·e. Ces témoignages montrent comment des locuteurs dits “vulnérables” réaffirment leur identité de parent en dépit du deuil, resignifient certains termes comme mère ou parent, refusent une pathémisation outrancière. L’hypothèse est que la mise en forme narrative de ces discours aurait une vertu thérapeutique en facilitant une reconstruction identitaire et en favorisant une interaction médiatisée entre internautes.

La réflexion porte in fine sur l’exploitation possible de ces données à la fois personnelles et publiques. La linguistique du care pousse le·la chercheur·e vers un rôle interventionniste. Peut-on se contenter d’un rôle descriptif et interprétatif face à ces récits de vie ? Cette question fait écho à celles posées dans l’appel du colloque qui se déroulera en novembre  2019 à Poitiers, “L’analyse du discours entre description, geste critique et intervention“. L’attachement aux corpus sensibles (impliquant des locuteurs·trices considéré·e·s comme “vulnérables”), au lexique sensible (migrants, race, etc.), ne constitue-t-elle pas en soi un geste interventionniste qui pourrait se prolonger par des actions plus concrètes (intégration des résultats de recherche dans un programme d’accompagnement du deuil, soutien des démarches de linguistique populaire menées par les endeuillés sur les lacunes lexicales associées au deuil, etc.) ? Élaborer une stratégie commune, rompre la dichotomie analysés / analysants, autant de nouveaux objectifs que se fixe aujourd’hui l’analyse du discours, oscillant entre neutralité descriptive et démarches militantes.

Références citées :

– Auchlin Antoine, 2000, dans Plantin Ch., M. Doury et V. Traverso(éds), Les émotions dans les interactions, Lyon PUL.

– Barus-Michel Jacqueline, 1986, « Le chercheur, premier objet de la recherche », Bulletin de psychologie, tome 39, N°377 : 801-804.

– Bertaux Daniel, 2005 [1997], Le récit de vie, Paris, Armand Colin.

– Brodiez-Dolino Axelle, 2015, « La vulnérabilité, nouvelle catégorie de l’action publique », Informations sociales, n° 188 : 10-18.

– Brodiez-Dolino Axelle, 2016, « Le concept de vulnérabilité », La Vie des idées.

– Charaudeau Patrick, 2000, « Une problématisation discursive de l’émotion. À propos des effets de pathémisation à la télévision. », dans Plantin, Doury et Traverso (éds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon : 125-141, <http://www.patrick-charaudeau.com/La-pathemisation-a-la-television.html>.

– Cosnier Jacques, 2011, « Empathie et communication. Comprendre autrui et percevoir ses émotions », dans Cabin Philippe et Dortier Jean-François, La communication : état des savoirs, Sciences Humaines.

– Costantini Chantal, 2009, « Le chercheur : sujet-objet de sa recherche ? », Cliopsy, n°1.

– Dal Bo Beatrice, Laura Davis et Jérémy Laboureau, « Médium et discours », Cahiers de praxématique [En ligne], 71 | 2018, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 18 juin 2019, http://journals.openedition.org/praxematique/4949

– Elias Norbert, 1993 [1983], Engagement et distanciation, Paris, Fayard.

– Ferry Jean-Marc, 1991, Les Puissances de l’expérience : essai sur l’identité contemporaine, Paris, Editions du cerf.

– Ghliss Yosra, Paveau Marie-Anne, Ruchon Catherine (dir.), 2019 (à paraître), “Dynamiques discursives de la vulnérabilité”, Discours, Signes et sociétés, <https://ecumedudit.hypotheses.org/1734>.

– Gilligan Carol, 2008, Une voix différente. Pour une éthique du care, Paris Flammarion.

– Hennequin Émilie (dir.), 2012, La Recherche à l’épreuve des terrains sensibles : Approches en sciences sociales, Paris, L’Harmattan.

– Lacan Jacques, 1986 [1959-1960], Séminaire 7, L’éthique de la psychanalyse, Paris, Éditions du Seuil (version consultée : nouvelle transcription Staferla, sur le site de Patrick Valas, <http://www.valas.fr/Jacques-Lacan-L-Ethique-de-la-psychanalyse-1959-1960,272>.

– Guilhaumou Jacques, 2004, « Analyse de discours de sujets dits « exclus ». Un récit construit ensemble », dans Mesini B., Pelen J.-N. et Guilhaumou J. (dir), Résistances à l’exclusion. Récits de soi et du monde, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence : 269-302.

– Jeanneret Yves et Souchier Emmanuël, 2005, “L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran”, Communication et langages 145 : 3-15, <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/colan_0336-1500_2005_num_145_1_3351>.

– Kerbrat-Orecchioni Catherine, 2000, « Quelle place pour les émotions dans la linguistique du XXe siècle ? », dans Plantin, Doury et Traverso (eds), Les émotions dans les interactions, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, coll. « Éthologie et psychologie des communications » : 33-74.

– Maingueneau Dominique, 2018, « Médium et identité du genre de discours », Cahiers de praxématique, n° 71, <http://journals.openedition.org/praxematique/5154>.

– Micheli Raphaël, Les émotions dans les discours. Modèle d’analyse, perspectives empiriques. De Boeck Supérieur, « Champs linguistiques », 2014, https://www.cairn.info/les-emotions-dans-les-discours–9782801117385.htm

– Miller Jacques-Alain, 1985-1986, “Extimité”, séminaire sur le séminaire 7 de Lacan, L’éthique de la psychanalyse, Université Paris 8.

– Molinier Pascale, 2013, Le travail du care, La Dispute, coll. « Le genre du monde ».

– Nossik Sandra (dir.), 2014, « Approches discursives des récits de soi », Semen, n°37,<https://semen.revues.org/9853>.

– Paveau Marie-Anne, 2014, « Ce qui s’écrit dans les univers numériques. Matières technolangagières et formes technodiscursives », Itinéraires, <http://itineraires.revues.org/2313 >.

–  Paveau Marie-Anne, Perea François (coord.), 2015 [2012], “Corpus sensibles”, Cahiers de praxématique 59. 

– Ricœur Paul, 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

– Rizzolatti Giacomo, & SinigagliaI Corrado, 2008 [2006], Mirrors in the Brain: How our Minds Share Actions, Emotions, and Experience, trad. Frances Anderson, Oxford, Oxford University Press.

– Ruchon Catherine, 2018, « Une situation d’interlocution spécifique : les discours numériques du parent endeuillé à son enfant décédé », Semen 45.

– Soulet Marc-Henry, 2005, « Reconsidérer la vulnérabilité », Empan 60, p. 24-29, <https://www.cairn.info/revue-empan-2005-4-page-24.htm>.

– Soulet Marc-Henry, 2014, « Les raisons d’un succès. La vulnérabilité comme analyseur des problèmes sociaux contemporains », dans Brodiez-Dolino et al., Vulnérabilités sanitaires et sociales. De l’histoire à la sociologie, Rennes, Presses universitaires de Rennes : 59-64.

– Tisseron Serge, 2002 [2001], L’intimité Surexposée, Paris, Hachette Littérature.

– Tisseron Serge, 2011, “Intimité et extimité”, Communications 88 : 83-9, <http://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_2011_num_88_1_2588>.

– Tronto Joan, 2009 [1992] , Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte.

Mot-clés : care, corpus sensible, émotion, empathie, extimité, linguistique interventionniste, multimodalité, pathémisation, vulnérabilité.

Pour citer cet article : Ruchon Catherine, Juin 2019, “[Ecole doctorale d’été] EthicHum Penser l’Ethique avec les Humanités”, L’écume du discours [carnet de recherches], https://ecumedudit.hypotheses.org/1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.