Ensauvager et ensauvagement, des mots épouvantail

Avec les récents événements sociaux, le mouvement des gilets jaunes, la médiatisation de la violence dans les manifestations, on observe depuis peu dans des discours médiatiques l’utilisation accrue des mots ensauvager et ensauvagement.

Actuellement ces mots semblent utilisés pour agiter l’épouvantail de l’effondrement de la civilisation et du retour du primitif.

Ensauvager, c’est « rendre sauvage » (CNRTL en ligne). Étymologiquement, le verbe vient du latin silva « forêt, bois » (Rey 2016 [1993]: 2159), le terme sauvage quant à lui désignant ce qui n’a pas subi l’influence humaine. Aujourd’hui, le composé parasynthétique (formé par les affixes en– et –er) ensauvager est employé pour qualifier des lieux ou des activités artistiques marqués par un retour à la nature. Alain Rey notait en 1993 que le préfixé ensauvager, que l’on trouve sous la plume de Sainte-Beuve ou de Zola, était rare et littéraire. Ce n’est plus le cas. Courant des années 2000, le discours politique et médiatique présente des occurrences du terme qui semblent indiquer un glissement vers « ce qui relève de l’animal » sous ses aspects discriminants.

Le mythe de l’ensauvagement

Selon la première acception du mot sauvage, est sauvage ce « qui est à l’état de nature ou qui n’a pas été modifié par l’action de l’homme » (Le nouveau Petit Robert). La définition s’applique aux animaux qui vivent en liberté dans la nature et aux humains peu civilisés, dont le mode de vie est archaïque. Comme le souligne Descola, le sauvage se définit de façon antithétique, en opposition au domestique puis au civilisé :

Est sauvage, on le sait, ce qui procède de la silva, la grande forêt européenne que la colonisation romaine va peu à peu grignoter : c’est l’espace inculte à défricher, les bêtes et les plantes qui s’y trouvent, les peuples frustes qui l’habitent, les individus qui y cherchent un refuge loin des lois de la cité et, par dérivation, les tempéraments farouches demeurés rebelles à la discipline de la vie sociale. Pourtant, si ces différents attributs du sauvage dérivent sans doute des caractéristiques attribuées à un environnement bien particulier, ils ne forment un tout cohérent que parce qu’ils s’opposent terme à terme aux qualités positives affirmées dans la vie domestique. Celles-ci se déploient dans le domus, non plus une unité géographique à l’instar de la sylve, mais un milieu de vie, une exploitation agricole à l’origine, où, sous l’autorité du père de famille et la protection des divinités du foyer, femmes, enfants, esclaves, animaux et plantes trouvent les conditions propices à la réalisation de leur nature propre. Travaux des champs, éducation, dressage, division des tâches et des responsabilités, tout concourt à ranger humains et non-humains sous un même registre de subordination hiérarchisée dont les relations au sein de la famille étendue offrent le modèle accompli. Avec la terminologie qui l’exprime, les Romains nous ont légué les valeurs associées à ce couple antithétique dont la fortune va aller croissant. (Descola 2004)

Dans les discours contemporains, c’est l’opposition sauvage / civilisé qui domine, conformément à l’acception présentée dans Le nouveau Petit Robert. On trouve aux États-Unis cette idée d’un monde sauvage (wilderness) qu’il faut civiliser :

Perçue par les Pères pèlerins (Pilgrim Fathers), premiers puritains venus d’Europe en 1620, comme un espace infernal – « étendue sauvage immense et hideuse, peuplée de bêtes et d’hommes sauvages » (William Bradford), où Satan s’ingéniait à éprouver la foi des pèlerins – , la wilderness fut d’abord un territoire à conquérir, à défricher et à cultiver, donc à détruire. Les Lettres d’un cultivateur américain (1784) de Hector Saint-John de Crèvecœur, jalon incontournable de la construction d’une identité nationale à l’aube de l’indépendance, opposent aussi la forêt sauvage, lieu de régression irrationnelle à l’anarchie primitive, à la ville et aux champs plaisamment ordonnés, témoignant des bienfaits de la civilisation. (Grandjeat, en ligne)

À certaines époques cependant, le terme sauvage perd sa connotation négative. Le « sauvage » se trouve alors associé au retour à la nature, à l’innocence, à un paradis perdu. On assiste à cette inversion des valeurs au XVIIIe siècle en France sous l’influence de Rousseau et de sa théorie du bon sauvage, non corrompu par la civilisation, ainsi qu’au XIXe siècle aux États-Unis, chez des écrivains de la nature comme Ralph Waldo Emerson ou Henry David Thoreau, où « c’est la nature sauvage (les bois) qui permet de retrouver l’innocence » (Grandjeat, [en ligne]). Plus encore, les nature writers s’éloignent d’une tradition anthropocentrique et dotent la nature d’une sensibilité et d’une agentivité qui lui sont propres (Grandjeat, [en ligne]). Thoreau « cherche à capter dans la matière de son écriture l’écho d’autres langues, non humaines, qui pourraient l’« ensauvager » par ce que les Espagnols appellent gramática parda, la « grammaire fauve » (Thoreau, cité par Grandjean, [en ligne]).

La wilderness américaine et l’ensauvagement français prennent source dans une histoire coloniale. L’ensauvagement est un état résultant du passage d’une culture à une autre, celle des Européens à celle des Amérindiens. L’ensauvagement est plus particulièrement associé à la nudité :

Au début du XVIe siècle, pirates dieppois et marins normands, en quête de bois de braise, avaient pris l’habitude de débarquer sur les rivages du Brésil de jeunes français. Ces maïrs ou maïra, comme les appelaient les Tupi, devaient leur servir d’interprètes pour leurs prochaines escales. Les relations maritimes étant, à l’époque, quelque peu précaires, ces jeunes gens à la barbe rousse ne tardaient pas à s’ensauvager, notamment au contact des Amérindiennes au corps dénudé… (Maira, bimestriel brésilienniste de l’association de capoeira Maira, janv-fév 1993, mis en gras par moi)

Dans cet article du magazine brésilien Maira, l’ensauvagement passe par les femmes. L’état sauvage est celui de la nudité. C’est un topos encore très vivace aujourd’hui. On retrouve cette idée dans un billet beaucoup plus récent (2017) qualifiant les performances artistiques de l’artiste chinois Liu Tao et ses « autoportraits où il se met en scène nu dans des quartiers traditionnels chinois en démolition » et titré « Liu Tao ensauvage le monde » en reprise du nom de l’exposition « Ensauvager le monde ».

Le dérivé ensauvagement est aussi présent dans le Discours sur le colonialisme de Césaire (1950). Selon lui, le colonialisme « décivilise » le colonisateur et produit « l’ensauvagement du continent », dit-il. La colonisation n’amène pas la « civilisation » mais l’ensauvagement. Les connotations associées au mot sauvage sont contextuelles. A l’époque du colonialisme, le sauvage est celui qui n’est pas « civilisé ». En 1950, Césaire retourne le mot vers ceux qui l’emploient avec cette connotation péjorative. Le « sauvage » n’est peut-être pas celui que l’on croit. Les nations qui se considèrent comme civilisées sont peut-être tout autant, sinon plus, capables de sauvagerie, donne à entendre Césaire dans son discours. 

Plus récemment, le terme est mentionné par l’historienne Mona Ozouf qui parle d’« ensauvagement du langage » en relation au mouvement des gilets jaunes, en se référant à la Révolution française et au livre de Victor Klemperer sur la langue du IIIème Reich : « l’ensauvagement du langage non seulement annonce mais prépare, fabrique même l’ensauvagement des actes ».

Une publicité récente de Christian Dior joue sur l’ambiguïté du mot sauvage et sur différents stéréotypes associés au caractère sauvage au travers de la figure d’un Johnny Depp porteur de tatouages et de bagues d’argent évoquant l’image du biker épris de liberté (trait sémantique associé au mot sauvage, l’animal sauvage étant libre), les boucles d’oreilles du pirate (ce qui réfère au caractère hors-la-loi, non civilisé), avec en contrepoint le visage lissé d’un acteur hollywoodien habillé avec élégance (la touche de civilisation qui vient en contrepoint).

Au final, le sauvage, et a fortiori l’ensauvagement, n’existe pas en soi, il s’agit d’une construction qui ne tient qu’en relation antonymique avec le civilisé, ou avec la cité. On peut appliquer au sauvage ce que dit la philosophe Catherine Larrère de la wilderness : il s’agit davantage d’une « construction culturelle » que d’une « réalité naturelle ». Ainsi que l’écrit Descola (2004), cette construction ne se conçoit qu’en contexte :

[…] cette force d’évidence [d’une nature sauvage rédemptrice et menacée] nous empêche peut-être de mesurer que l’opposition du sauvage et du domestique n’est pas patente en tout lieu et en tout temps et qu’elle doit son présent pouvoir de conviction aux aléas d’une évolution des techniques et des mentalités que d’autres peuples n’ont point partagés. (Descola 2004)

L’ensauvagement de la France

Ce qui concerne la sylva, le sauvage, s’oppose au domus, le domestiqué, qui, changeant d’échelle, deviendra le « civilisé » (Descola 2004). Le sauvage et le civilisé se pensent en réciprocité. La sauvagerie hante l’inconscient collectif et fait redouter un retour à un état primaire. De cette crainte jaillit le syntagme « l’ensauvagement de la France » (en écho à « l’ensauvagement de l’Europe » de Césaire), face à une montée présumée de violences, face à la montée de diverses violences urbaines, en particulier celles liées au mouvement des Gilets jaunes. Depuis 2017, le verbe ensauvager fleurit dans certains titres d’une presse souvent extrémiste, où l’idée sous-jacente est toujours le passage d’un état considéré comme supérieur à un état inférieur, apparenté à celui d’un monde sauvage et animal.

On retrouve le verbe ensauvager dans le titre d’un billet de Riposte, La France s’ensauvage et se délite, à cause des immigrationnistes, publié le 31 juillet 2018 dans lequel foisonnent les termes alarmants (s’écroule, s’effondre, s’éclate, menacée), autant de mises en garde sur un péril qui menacerait la France :


Depuis que ces gens-là gouvernent, la France s’écroule. Elle s’effondre ! Elle s’éclate en ethnie. La France est menacée par les bandes, et à terme, par une libanisation. (Riposte, [en ligne])

Le verbe ensauvager n’est pas repris dans l’article mais est précisé par les reformulations anaphoriques (« incivilités », refus d’obéissance aux forces de l’ordre, des agressions) et divers exemples prélevés dans la presse :

On pourrait chaque jour s’étendre sur ce que nos médias appellent des « incivilités » ! Ce sont en fait des refus d’obéissance aux forces de l’ordre, des agressions multiples et souvent répétées par les mêmes auteurs contre des citoyens libres mais privés de ce que l’état leur doit :la sécurité qui est la première des libertés ! (Riposte, [en ligne])

Les exemples d’ensauvagement sont sélectionnés dans différents supports médiatiques (Nice Matin, Nord Littoral, Réseau Libre, etc.). Il s’agit :

– des jeunes « qui caillassent des policiers, en toute impunité ! »,

– des « violences urbaines » « après qu’un jeune homme a été grièvement blessé à scooter, (après un refus d’obtempérer) »,

de deux femmes en voiture qui « se sont retrouvées encerclées par un groupe d’une dizaine de réfugiés »

Autant d’événements qui selon l’auteur n’auraient fait l’objet d’aucune médiatisation dans les années 1970.

Le verbe ensauvager apparait aussi dans le titre d’un éditorial du site Boulevard Voltaire, « Notre société s’ensauvage : le procès du racisme anti-blanc à Évry ». Et là aussi, c’est la seule occurrence de ce terme qui est repris anaphoriquement par le champ lexical de la sauvagerie au travers du syntagme « les fauves » dont le référent est le groupe de quatre mineurs qui ont violé une jeune fille à Evry en 2014 et qui reprend anaphoriquement « Quatre racailles, toutes mineures ». ([en ligne : http://www.bvoltaire.fr/societe-sensauvage-proces-racisme-anti-blanc-a-evry/]). Cet emploi qui crée une équivalence entre fauve et racaille relève d’une zoo-anthroponomie spéciste (Goudet, Paveau & Ruchon 2018). Le tissage textuel du dérivé ensauvagement avec ces termes (fauve et racaille) est facilité par le fait que l’adjectif dont il est issu (sauvage) s’applique aussi bien à l’animal qu’à l’homme (distinction lexicographique).

L’utilisation dans les titres d’articles du mot ensauvagement permet de qualifier les exemples égrainés dans les articles. Il évite de thématiser sur les auteurs des délits ou même sur les victimes, ce qui serait le cas avec d’autres substituts éventuels, comme délinquance. C’était ce qu’observait Émilie Née dans son étude sur le terme insécurité :

La substitution d’insécurité à délinquance a un bénéfice politique évident : le terme délinquance ouvre sur un discours qui thématise sur les agresseurs (A1 est délinquant, A1 agresse, etc.), tandis que le terme insécurité peut faire pencher le discours du côté des victimes (A1 est en danger, A1 a peur, etc.) (Née 2012 : 110).

Un terme à contenu sémantique variable comme « ensauvagement » contribue à propager un sentiment d’inquiétude autour d’une menace floue aux contours incertains. De plus, la spécification par un complément déterminatif comme « de la France » favorise une réception positive par tout citoyen français. La présence du mot france est un appel à la conscience nationale.

L’ensauvagement, le concept du délit

Dans un colloque intitulé « De la délinquance à l’ensauvagement ? », Marine Le Pen mentionne que la cité, dont elle rappelle l’étymologie (« civis »), n’est plus « synonyme de civilisation, de courtoisie » mais est devenu « un monde auquel on accole le terme d’incivilité » et où « la violence qui y régnait a évolué en ultra violence. » Le mot ensauvagement fait planer une menace, celle d’un monde qui se « décivilise », d’un monde qu’il faudrait policer, comme le suggère la photographie représentant des policiers (voiture et motards) qui illustre l’éditorial intitulé « Les violences gratuites augmentent, le monde s’ensauvage » (site de Sud Radio, mars 2019). L’ensauvagement serait tel que seul le recours à la police pourrait endiguer ce retour de barbarie.

Le mot ensauvagement distille une peur diffuse qui s’entretient au rythme des faits divers. Il est inutile d’accumuler les exemples. Il suffit d’observer que l’emploi de ensauvagement dans les titres d’articles, sans reprise dans le texte, marque le caractère conceptuel du terme. Ainsi que le souligne Charles Sapin dans un article du Figaro publié le 1er décembre 2018, ce mot est employé par les représentants de différents partis, de gauche comme de droite pour désigner un danger, la montée de la violence en France. La litanie d’exemples que l’on trouve dans les articles mentionnés plus haut ne sont pas sans rappeler ceux mentionnés par Marine Le Pen lors du colloque qu’elle présidait en décembre 2018, « De la délinquance à l’ensauvagement ? », où intervenaient notamment Laurent Obertone, l’auteur de l’ouvrage controversé La France Orange Mécanique, le criminologue Xavier Raufer, qui a préfacé l’ouvrage de Laurent Obertone, ou bien encore la présidente de l’association Uniformes en danger, Christelle Teixeira. « Ce mot ensauvagement que nous utilisons parce qu’il nous semble caractériser la terrible évolution de la société commence à être repris par des observateurs y compris même par un ministre de l’intérieur », conclut la présidente du Rassemblement national. C’est dans l’ouvrage de Laurent Obertone, qui incrimine l’État français face à une présumée montée de la violence, que Marine Le Pen découvre le terme ensauvagement qu’elle reprend ensuite à son compte. Le terme était cependant déjà présent dans le titre d’un essai de la philosophe Thérèse Delpech, L’ensauvagement : essai sur le retour de la barbarie au XXIe siècle.

Le mot ensauvagement permet ainsi de rassembler sous un concept unique certains délits associés à la fois à la délinquance et à l’immigration. Une fois le concept posé, il est facile de l’alimenter des faits divers aux causes multiples mais qui apparaissent ainsi unifiés par le biais de la catégorisation et du titrage médiatique. Tous les faits divers mentionnés sont ainsi mis au même niveau et semblent étayer la thèse présentée.

De l’aspect progressif à la mise en garde

Dans ces exemples, la préférence du terme ensauvagement à celui de sauvagerie par exemple attire l’attention sur l’aspect aspectuel (l’aspect étant considéré ici selon la théorie de l’aktionsart, c’est-à-dire comme n’étant pas exclusivement inhérent à un morphème grammatical mais comme un effet de sens tributaire de nombreux éléments en discours). Par le verbe ensauvager et le nom d’action ensauvagement, les énonciateurs/trices représentent le procès comme un processus. Le préfixe en- indique l’entrée dans un état nouveau ou l’acquisition d’une qualité nouvelle :

Lorsque la base du composé est un adjectif qualificatif, le verbe composé avec -en « exprime l’acquisition d’une qualité », équivalent alors à « faire devenir + adjectif » (CNRTL, en ligne)

Dans le cas du verbe ensauvager, qui comporte sémantiquement un aspect progressif (« rendre sauvage » selon le Dictionnaire historique de la langue française et le CNRTL), l’emploi du présent renforce l’aspect progressif (« la France s’ensauvage », « notre société s’ensauvage »).

Ce que ces termes mettent en évidence, c’est cet aspect progressif de l’action. Cet aspect fonctionne comme une alerte, une mise en garde contre un processus en cours (celui d’une dé-civilisation ») et qu’il faudrait bloquer. Les préfixés ensauvager / ensauvagement permettent de donner un coup de projecteur sur une actualité à laquelle on prête en discours une connotation négative et qu’il convient donc de stopper, d’endiguer.

L’aspect progressif est accentué dans le cas du substantif par l’ajout du suffixe -ment qui induit l’idée d’action (Hélène Huot 2001, cité par Charles 2014, en ligne).

Les termes ensauvager et ensauvagement indiquent un processus et ne visent pas l’achèvement du procès. Le terme final du processus d’ensauvagement (valeur atélique) n’est pas envisagé par les énonciateurs/trices. Il est laissé à l’entendement des lecteurs/trices et auditeurs/trices. Cela leur permet de donner une modalité de mise en garde à leurs discours. Cet effet est amplifié dans des énoncés à structure pronominale comme dans « La France s’ensauvage » où les actants potentiels ne sont pas individualisés mais regroupés sous une entité fédératrice (la France).

Aujourd’hui ensauvagement se présente en discours comme un mot à thèse qui donne un coup de projecteur sur certains faits et guide l’interprétation, en apportant un supplément axiologique dont ne dispose pas des termes concurrentiels comme « violences » ou « délinquance ». Le terme prend une valeur de mot-argument (Moirand 2004) dans les discours médiatiques qui mentionnent pêle-mêle des exemples de violences sous l’étiquette fédératrice de « ensauvagement ».

Ainsi le sauvage et l’ensauvagement apparaissent dans ces contextes comme des constructions culturelles. Cela permet une utilisation politique au sens où ces mots sont support d’une thèse et d’un discours sous-jacent catastrophique, donnant à entendre que la situation en France va en s’aggravant, que la violence est omniprésente. Ces mots diffuseurs de peur jouant sur la menace d’un effondrement de la civilisation participent d’un discours alarmiste qui fait écho à la thèse en vogue de la collapsologie, qui veut étudier « l’effondrement de notre civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder » (Servigne et Stevens 2015).

Références

ARNOULD Paul et GLON Eric, 2006, « Wilderness, usages et perceptions de la nature en Amérique », Annales de géographie 649,  numéro thématique : Wilderness. La nature en Amérique du nord , [en ligne : https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_2006_num_115_649_21452] : 227-238.

CESAIRE Aimé, 1955 [1950], Discours sur le colonialisme, Paris, Présence africaine.

DESCOLA Philippe, 2004, « Le sauvage et le domestique », Communications 76, Nouvelles figures du sauvage, [en ligne : https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_2004_num_76_1_2157] : 17-39.

CHARLES Florence, 2014, « Préfixe, suffixe, mots de la même famille… », Repères 49, [en ligne : http://journals.openedition.org/reperes/706], consulté le 17 février 2019 : 92-113.

GOUDET Laura, PAVEAU Marie-Anne, RUCHON Catherine, 2018, « Zoo-anthroponymes. Quand l’animal est le nom de l’humain », communication au colloque Nommer l’humain : descriptions, catégorisations, enjeux. Une approche pluridisciplinaire, laboratoires LILPA et DRES, Université de Strasbourg, 10-12 janvier.

GRANDJEAT Yves-Charles, « Nature Writing, littérature », Encyclopædia [en ligne : http://www.universalis-edu.comencyclopedie/nature-writing-litterature/ »], consulté le 17 février 2019.

MOIRAND Sophie, 2004, « L’impossible clôture des corpus médiatiques. La mise au jour des observables entre catégorisation et contextualisation », Travaux Neuchâtelois de Linguistique (TRANEL) 40, Neuchâtel, Institut des sciences du langage et de la communication : 71–92.

NÉE Émilie, 2012, L’insécurité en campagne électorale, Paris, Honoré Champion.

REY Alain (dir.), 2016 [1993], Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert.

SERVIGNE et  STEVENS Raphaël, 2015, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Paris, Seuil.

THOREAU H. D. , Walden, or Life in the Woods [1854], Dover Thrift Editions, 1995 (Walden, ou la Vie dans les bois, trad. franç. L. Fabulet, Gallimard, 1990).

Été 2020, le terme ensauvagement crée de nouveaux remous suite à son emploi par Gérald Darmanin dans une interview au Figaro le 24 juillet puis dans deux tweets. Lire à ce sujet l’article (postérieur à ce billet) de la journaliste Julie Le Mest, « Comment le terme « ensauvagement » s’est-il imposé ».

https://www.arretsurimages.net/articles/comment-le-terme-ensauvagement-sest-impose


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.